La géothermie n'est pas qu'un moyen de capter des calories dans le sol : c'est également une solution de rafraîchissement offrant de bonnes performances. Dans la ZAC Clichy-Batignolles, un futur immeuble de bureaux disposera d'un "géocooling" par échange direct, qui présentera un rendement énergétique supérieur à 20. Découverte.

La recherche de performances énergétiques toujours supérieures et d'une empreinte environnementale réduite conduisent à l'adoption de solutions qui avaient été - jusqu'ici - négligées. Le "géocooling", rafraîchissement d'un bâtiment au moyen d'un captage d'eau souterraine dans une nappe, en fait partie. Dans la ZAC Clichy-Batignolles, l'adoption de cette technique prend tout son sens, comme nous l'expliquent différents intervenants du chantier de l'immeuble de bureaux Thémis qui jouxtera le futur TGI de Paris (voir encadré).

 

Jean-Loup Lacroix, responsable Géothermie chez Ginger CEBTP, détaille : "La ZAC est un vaste projet d'aménagement à Paris, avec 140.000 m² de bureaux, plus les 130.000 m² du palais de justice et 3.400 logements. Afin d'obtenir de bonnes performances énergétiques, l'ensemble des bâtiments sera relié à un réseau de chaleur, alimenté sur la nappe de l'Albien, à 600 mètres de profondeur, où l'eau est captée à 30 °C. Il alimentera tous les édifices en chauffage et production d'eau chaude sanitaire". En revanche, pour le rafraîchissement estival, chaque immeuble devra disposer de son propre système, afin de répondre au mieux à ses besoins. "Le seul impératif est de respecter le plan Climat de la ville, mais il y a différentes solutions pour consommer peu d'électricité", poursuit le spécialiste. Sur le projet Thémis, c'est un système de géothermie sur nappe à échange direct qui sera installé, car son rendement est excellent, supérieur à 20, signifiant que pour 1 kWh d'électricité consommé, ce sont 20 kWh de froid qui seront récupérés.

 

Découvrez la suite de l'article dans les pages suivantes.

actionclactionfp