FOCUS. Lors d'une réunion de sa commission énergie, l'association regroupant collectivités, fédérations professionnelles et bureaux d'études s'est positionnée sur les prochaines échéances en la matière, à commencer par la nouvelle PPE. L'occasion aussi de revenir sur certains sujets comme la consécration de l'électricité et la mise à l'écart du gaz et de la chaleur renouvelables.


Avancer ses pions en vue du débat sur la prochaine loi de programmation énergie-climat, tel était l'objectif de la commission énergie d'Amorce qui se réunissait ce 1er mars. L'association qui regroupe des collectivités territoriales, des fédérations professionnelles, des fabricants ou encore des bureaux d'études autour des problématiques de la gestion locale des déchets, de l'eau et de l'énergie a en effet rappelé les prochaines échéances en la matière.

 

 

Tout en réaffirmant ses positions sur certains sujets comme l'électrification tous azimuts observée dans le pays. À l'aune des conséquences de la pandémie de Covid et de la guerre russo-ukrainienne, l'énergie reste un dossier central pour les gouvernements, comme en témoignent les discussions actuelles autour des fossiles, des renouvelables et du nucléaire au niveau européen.

 

À l'échelle nationale, l'exécutif en fait aussi une de ses priorités : après le vote de la loi d'accélération des énergies renouvelables, l'examen du texte consacré à la facilitation du nouveau programme nucléaire a débuté au Sénat. En attendant que soit donc présentée la nouvelle loi de programmation énergétique, qui
Il vous reste 72% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp