ARCHITECTURE. Durant le mois de septembre, la galerie d'Architecture, à Paris, expose le travail de l'agence Tolila+Gilliland. Matériaux biosourcés, recherches sociologiques, les projets sélectionnés mettent en valeur la patte de l'agence, à la vision humaniste et écologique.

Pour les dix ans de Tolila+Gilliland Atelier d'Architecture, la galerie d'Architecture expose le travail de l'agence jusqu'au 25 septembre. À travers douze projets déjà réalisés ou en chantier, et présentés sous forme de maquettes et de dessins, les architectes et cogérants Gaston Tolila et Nicholas Gilliland philosophent sur les espaces intermédiaires présents dans leurs constructions. Le titre de l'exposition, "In-Between Places, potentiels de l'entre-deux", représente "les espaces intermédiaires, les endroits de rencontre et de transition" que conçoit l'agence, expliquent les architectes, lors d'une récente visite à laquelle Batiactu a été convié. "Dans notre architecture, nous essayons de construire des espaces intermédiaires, des entre-deux, des épaisseurs à investir. Ces limites s'épaississent alors différemment selon leur environnement, leur milieu et leur matière. Nous proposons ainsi à chacun des aires d'expérience, entre la rue et la chambre, des lieux potentiels de vie collective, des espaces de transition à habiter, dans un sens d'usage mais surtout, comme dans la maison rêvée de Bachelard, dans un sens de projection de l'imaginaire de ses habitants."

 

Une exposition accessible au grand public

 

Sur les maquettes d'un blanc neige, des mini figurines orange représentent les usages possibles de ces bâtiments. Logements privés et sociaux, bureaux, logistique, commerce, établissements de santé, ces associés ont travaillé sur différentes typologies de bâtiments et ont choisi de rassembler des projets se situant en France, bien que l'agence parisienne collabore également à l'international. "Nous avons aussi une activité d'urbaniste que nous ne développons pas dans cette exposition, ce afin de donner une cohérence", précise Gaston Tolila, qui souhaitait que cette installation soit accessible au grand public. Le résultat est réussi. La lecture de l'exposition est claire et visuelle, préférant les éléments de contexte aux longs textes assommants.

 

La déambulation des visiteurs est cadrée, marquée par une scénographie intéressante, sous forme de ligne diagonale, avec un jeu de profondeur permis par l'installation d'un grand miroir. Celui-ci reflète les douze maquettes, découpées au centre du modèle, donnant ainsi une vue intérieure et extérieure à ces projets. Rapidement, les visiteurs s'approprient le thème de l'exposition. Des descriptions succinctes, accrochées sur les murs de la galerie, accompagnent les dessins et maquettes. À tout cela s'ajoute la présence de matériaux, pour mieux donner vie aux bâtiments imaginés.

 

In Between Places exposition galerie d\'architectur
L'exposition "In Between Places" présente douze projets de l'agence Tolila+Gilliland. © L-A Fournier

 

Des projets tournés vers leurs usagers

 

Parmi les projets mis en lumière, le centre Gilbert Raby, à Meulan-en-Yvelines, fait office d'hôpital de jour et accueille des ateliers thérapeutiques. Avec ses murs en brique de terre crue en intérieur et sa structure totalement en bois, le bâtiment biosourcé utilise des isolants en fibre de bois. Un espace de transition bioclimatique entre l'extérieur et l'intérieur loge un auditorium à son extrémité. Un autre hôpital de jour a également été imaginé par l'agence, à Chevilly-Larue pour des enfants souffrant d'autisme. "Ceux qui occupent le bâtiment nous ont dit que celui-ci est très apaisant et rassurant pour les enfants", ajoutent les architectes, qui ont travaillé en collaboration avec l'équipe médicale et les psychologues pour répondre aux besoins des malades. Les plafonds plats, en pente ou avec un puits de lumière possèdent différentes hauteurs, convenant à la variété des enfants que l'hôpital accueille. Une rue centrale, éclairée par des verrières qui suivent le rythme des toitures, permet un espace transitionnel entre l'extérieur et les salles de l'hôpital.

 

Le thème "In between places" se dévoile également pour le projet de construction neuve "Urban Valley" à Massy en région parisienne, un bâtiment à usage de bureaux et activité de logistique. Une coursive en bois donne cette idée "d'entre-deux". Ce sont des paliers extérieurs "ouverts et traversants" entre les 76 logements sociaux de l'îlot Poreux, à Bagneux (Hauts-de-Seine), qui font office, pour ce projet-ci, d'espaces intermédiaires. "Un chaînage de briques porteuses et un noyau en béton ont été imaginés pour ce bâtiment", décrypte Gaston Tolila.

 

Tolila+Gilliland joue sur la diversité des volumes pour la construction de l'îlot culturel des Batignolles, à Paris. Trois édifices résidentiels abritent 342 logements (social, intermédiaire et accession), un centre d'animation municipal, un cinéma et des commerces. "Nous voulions donner différents points de vue avec la conception de terrasses collectives." L'agence a travaillé sur du béton préfabriqué, en choisissant des bétons aux teintes naturelles, afin de conserver les couleurs originelles du matériau. "Les trois bétons sélectionnés ne sont teintés que par le sable et le granulat, il n'y a ni adjuvant ni colorant", conclut Nicholas Gilliland.

 

Informations pratiques :
Exposition "In-Between Places, potentiels de l'entre-deux"
Jusqu'au 25 septembre 2021, entrée libre

 

La galerie d'Architecture
11 rue des blancs manteaux, 75004 Paris

actionclactionfp