Le musée des Arts décoratifs à Paris met en lumière un aspect méconnu de la carrière de l'architecte Jean Nouvel : son activité de designer. Depuis 1987, l'homme a en effet conçu une centaine de créations qui sont autant d'éloges de la simplicité et de la fonctionnalité et dans lesquelles on retrouve la même rigueur et la même notion d'envergure que dans ses réalisations architecturales. Découverte en images.

Lorsque l'on cite le nom de Jean Nouvel, on pense immédiatement à l'architecte. Et c'est presque tout naturellement que les images s'enchainent dans les esprits : l'Institut du Monde Arabe, la fondation Cartier, le musée du quai Branly à Paris, le Palais de Justice de Nantes, l'Opéra de Lyon, le Philharmonie du parc de la Villette... Il faut dire que de nombreux bâtiments prestigieux portent sa signature non seulement en France mais à l'étranger. Ce que l'on sait moins, en revanche, c'est qu'en plus d'être architecte, l'homme se fait aussi designer. Un aspect méconnu de sa carrière que le musée des Arts décoratifs, sous l'impulsion de son directeur, Olivier Gabet, a décidé de mettre en lumière à travers une exposition.

Le design en connexion avec l'architecture

Depuis 1987, date à laquelle il s'est vu décerner par le VIA une "carte blanche" qui avait abouti à la création d'une collection de meubles en aluminium, Jean Nouvel conçoit très régulièrement des pièces de mobilier. Résultat : il compte aujourd'hui à son actif près d'une centaine de créations éditées : tables, fauteuils, étagères, miroirs, lampes... Des pièces qui, à l'image de ses réalisations architecturales, adoptent des formes simples voire minimalistes et privilégient donc la fonctionnalité.

 

Une activité que Jean Nouvel, malgré ses nombreux titres et récompenses, aborde avec un certain recul, comme le souligne Olivier Gabet : "Jean ne s'est jamais présenté comme un designer mais plutôt comme un architecte qui fait du design, qui dessine des objets". Il faut dire que la plupart des pièces ont été inspirées à l'architecte par un lieu et sont donc avant tout "une réponse contextuelle". "Au fur et à mesure que les bâtiments se faisaient, j'ai été amené à dessiner des meubles en connexion avec leurs lignes respectives", raconte-t-il. "Je ne travaille pas comme les designers professionnels d'aujourd'hui qui sont en contact direct avec des sociétés qui leur demandent de plancher sur des projets industriels, je fonctionne au coup par coup et c'est pour ça sans doute qu'il n'y avait pas de lecture directe de mon travail de designer".

Pour en savoir plus sur l'exposition et découvrir quelques-unes des pièces emblématiques de Jean Nouvel, rendez-vous en pages suivantes.

Exposition Jean Nouvel "Mes meubles d'architecte"

 

Sens et essence
Jusqu'au 12 février 2017
Musée des Arts décoratifs
107 rue de Rivoli
75007 Paris
Plus de renseignements sur le : www.lesartsdecoratifs.fr

actionclactionfp

Des pièces mises en valeur par la lumière

Des pièces mises en valeur par la lumière
Des pièces mises en valeur par la lumière © MAP
Dans la première partie de l'exposition, les pièces de Jean Nouvel sont présentées dans un décor brut, sans fioriture. La mise en valeur des meubles se fait par le biais d'un jeu de lumière. Une manière de rappeler à quel point elle est importante dans le travail de l'architecte mais aussi du designer : "la lumière est la clé de la sensibilité", martèle-t-il d'ailleurs.

Des meubles simples et fonctionnels

Des meubles simples et fonctionnels
Des meubles simples et fonctionnels © MAP
Les pièces de Jean Nouvel se caractérisent par la simplicité de leur ligne - certains diront leur minimalisme - mais aussi par leur fonctionnalisme. "Mon maître mot est l'élémentarité et la volonté de rechercher un certain mystère", indique Jean Nouvel. "Les objets de design sont comme les bâtiments, des témoins de l'époque, analyse-t-il. Les meubles sont comme de petites architectures, des architectures mobilières, qui viennent compléter les architectures immobilières".

Jeux d'interférences

Jeux d'interférences
Jeux d'interférences © Luc Boegly
Certaines pièces de Jean nouvel ont été dispersées dans le musée des Arts décoratifs. Des interférences - comme les désigne Olivier Gabet, le directeur du musée - se créent entre les meubles d'architecte et les collections du musée, ou comment un dialogue se crée entre des pièces contemporaines et anciennes.

 

Ci-dessus le miroir Trypiques, miroir à trois volets articulés. L'architecte confie d'ailleurs avoir une vraie fascination, "une obsession", pour cette typologie d'objet.

Une table construite comme un pont

Une table construite comme un pont
Une table construite comme un pont © Luc Boegly
Sa table au kilomètre, l'une de ses pièces les plus emblématiques, trouve par exemple sa place dans la salle des retables, l'une des salles les plus classiques du musée des arts décoratifs. "J'ai rêvé de cette table, confie Jean Nouvel. Ce n'est pas une table normale, poursuit-il. Elle est construite comme un pont, avec un système de précontrainte et des pièces métalliques en tension cachée à l'intérieur".

Du mobilier en cuir ligné

Du mobilier en cuir ligné
Du mobilier en cuir ligné © Luc Boegly
L'exposition revête un aspect rétrospectif mais aussi prospectif puisque c'est aussi l'occasion de découvrir les toutes dernières créations de l'architecte, à savoir la collection de meubles créée pour le Louvre à Abu Dhabi. Elle est reconnaissable à l'utilisation de "cuir ligné". "Pour constituer une assise, un cuir doit se structurer", indique Jean Nouvel. Et de préciser : "il s'agit ici d'une série de reliefs linéaires moulés de 2 cm de large séparés par un vide de 3 mm".