DÉCLARATIONS. Opposants et partisans de l'immense projet EuropaCity se sont exprimés le dimanche 27 mai 2018, à Gonesse (Val d'Oise). Séparés d'à peine trois kilomètres, les deux partis ont défendu leurs convictions chacun à leur manière.

Deux ambiances ce dimanche 27 mai à Gonesse dans le Val d'Oise concernant EuropaCity. D'un côté, les opposants célébrant la "fête des terres", de l'autre les partisans, réunis dans la salle du conseil municipal pour une conférence de presse. De nombreux élus entouraient le maire de la ville, Jean-Pierre Blazy (PS), notamment Zivka Park, député LREM de la circonscription, Arnaud Bazin (LR) et Rachid Temal (PS), sénateurs, et le vice-président du conseil départemental, Philippe Sueur (LR). Tous ont réaffirmé qu'EuropaCity "allait contribuer au développement de cette zone déshéritée du Val d'Oise", rapporte l'AFP.

 

Une fête sur les terres du complexe

 

"Une minorité agissante met en cause un choix très majoritaire du département", explique Arnaud Bazin qui met également en garde contre le "précédent" de Notre-Dame-des-Landes. Une crainte non partagée, en revanche, par Jean-Pierre Blazy qui estime que les deux projets ne sont pas comparables et qui dénonce cependant "l'intégrisme écologique qui ne permet de rien faire" des opposants, rapporte le Parisien.

 


 


Quant aux opposants, ils se sont réunis sur les terres devant accueillir le futur projet. Les membres des différents collectifs opposés à EuropaCity, dont font partis des écologistes mais également des commerçants, ont célébré "la fête des terres de Gonesse". Sur place, des pancartes : "On ne va pas respirer du béton" ou "ici future ZAD" et une tour de fortune qui a permis aux manifestants d'observer le site, où un potager a été planté. Parmi eux, Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, Yannick Jadot, eurodéputé écologiste et Clémentine Autain, députée LFI. "Beaucoup croyaient à tort qu'on avait gagné. Il faut maintenant que la mobilisation progresse", a déclaré à l'AFP Bernard Loup, président du collectif pour le Triangle de Gonesse, après la décision de l'État de faire appel de l'annulation de la création de la ZAC du triangle de Gonesse. "Ceux qui essaient de mettre les mains sur ces terres font prévaloir la logique du fric", a déclaré Pierre Laurent.

 


 

Pour rappel, le gigantesque projet EuropaCity se situe dans l'Est du Val d'Oise, entre les aéroports de Roissy et du Bourget. Porté par Immochan, filiale d'Auchan, et le conglomérat chinois Wanda, il devrait coûter 3,1 Mrds € pour une livraison partielle en 2024 et totale en 2027. Dans cette zone du "triangle de Gonesse", une gare du Grand Paris Express et un centre d'affaires doivent également voir le jour.

actionclactionfp