Les premiers essais à blanc - sans combustible - de l'EPR en construction à Flamanville (Manche) auront lieu au second semestre 2015, a annoncé le groupe EDF, tablant ainsi sur une mise en service en 2016 du réacteur nucléaire à eau pressurisée en retard de quatre ans. Détails.

Alors que des essais partiels, "secteurs par secteurs", de l'EPR de Flamanville (Manche) seront réalisés au cours de cette année, les premiers essais à blanc - sans combustible nucléaire- auront lieu en 2015, a indiqué EDF mercredi 20 février dans un communiqué. Les premiers essais avec combustible seront ensuite prévus pour 2016, année au cours de laquelle le réacteur nucléaire de nouvelle génération doit être mis en service.

 

Lors d'une réunion de la commission locale d'information (CLI) qui réunit représentants d'EDF et élus locaux, Antoine Ménager, directeur du chantier, a confirmé que "le gros de la construction" serait achevé à la fin du premier semestre 2015.

 

Vers une décroissance sensible des effectifs
"Il y aura donc ensuite une décroissance sensible des effectifs", a précisé l'ingénieur EDF. Fin 2013, 2.850 personnes employées par des sous-traitants d'EDF et 725 agents d'EDF travaillaient sur le chantier. 2014 verra alors l'effectif des entreprises sous-traitantes "se stabiliser à 3.000", complète EDF.

 

Pour rappel : EDF table toujours sur une mise en service de l'EPR de Flamanville en 2016, alors que le chantier accuse un retard de quatre ans et que son coût prévisible a presque triplé à 8,5 milliards d'euros. Avec une puissance de 1.650 MW, il s'agit, en effet, du premier réacteur de nouvelle génération construit en France. Deux autres sont actuellement en chantier en Chine et en Finlande suite à un accord entre la Grand-Bretagne et EDF en octobre 2013 portant sur la construction de deux tranches EPR.

actionclactionfp