ENVIRONNEMENT. Un débat public va se tenir entre ce mois-ci et janvier 2022 pour discuter de la construction d'un parc solaire en Gironde. Des élus issus du département ont déjà manifesté leur opposition.

Le déploiement des énergies renouvelables continue de faire des émules dans l'Hexagone. Un débat public va être lancé ce jeudi 9 septembre sur un projet de parc solaire prévu pour devenir le plus grand du pays. Il sera situé en Gironde, au cœur de la forêt landaise, selon la Commission nationale du débat public (CNDP), qui s'est exprimée à Bordeaux le 7 septembre à ce sujet. La commission a précisé que le débat devrait durer quatre mois.

 

Baptisé "Horizeo", le parc possédera une puissance d'un gigawatt et s'étendra sur plus de 1.000 hectares de surface boisée sur la commune de Saucats, à une vingtaine de kilomètres au sud de Bordeaux. Le projet de construction est porté par les entreprises Engie, Neoen et RTE. Celles-ci précisent dans un dossier que des batteries de stockage d'électricité, une unité de production d'hydrogène vert, un centre de données et une surface associant cultures agricoles et production d'électricité solaire seront prévus autour du parc. Le budget total est estimé à un milliard d'euros, dont 650 millions pour la partie photovoltaïque.

 

Une électricité réservée aux "industriels"

 

"On a affaire au plus gros projet photovoltaïque ou plate-forme bas-carbone de France, et même d'Europe, et parmi les 15 ou 20 grands projets à l'échelle mondiale", a jugé Jacques Archimbaud, qui préside la commission de débat public dédiée à Horizeo, lors d'une conférence de presse le 7 septembre. L'électricité produite sur le site devrait être équivalente à "un quart ou un cinquième de la production d'un réacteur nucléaire". Cette électricité sera utilisée par des industriels et non des particuliers, dans le cadre de contrats de gré à gré, a ajouté le porte-parole.

 

Il faudra défricher environ 1.000 hectares de forêt dans une zone dédiée actuellement à l'industrie sylvicole pour permettre la construction du parc solaire. Cela représente un "sujet majeur" dans le débat public, qui prendra fin en janvier prochain. Le maire EELV de Bordeaux, Pierre Hurmic, et le président PS du département, Jean-Luc Gleyze, ont signifié leur opposition.

 

Des milliers de personnes contre ce projet

 

À l'heure où nous publions, une pétition en ligne intitulée "Non à la déforestation de 1.000 hectares de pins pour un parc solaire en Gironde" a réuni près de 18.500 signatures. De leur côté, les sociétés porteuses du projet ont annoncé qu'elles s'engageaient à replanter "au moins 2.000 hectares de forêt" à proximité "des usines de transformation du bois dans le massif forestier des Landes", a assuré à l'AFP le porte-parole d'Horizeo Mathieu Le Grelle. Si Horizeo aboutit, les premiers travaux devraient commencer en 2024, pour une mise en service "à partir de 2026", ont informé Engie, Neoen et RTE dans leur dossier de présentation.

actionclactionfp