BAROMETRE. Seulement 13% des entreprises du bâtiment ont procédé à des embauches durant les 6 premiers mois de l'année. Ce chiffre passe à 24% dans le secteur des travaux publics. Fait notable : le CDI revient en force et redevient le contrat majoritaire.

Selon le dernier baromètre de l'emploi de l'Union des entreprises de proximité (U2P), les artisans et commerçants ont dû ralentir le rythme de leurs embauches au 1er semestre 2018. Parmi les sociétés ayant déjà au moins un salarié, 16% ont procédé à des recrutements, contre 22% à la même période un an plus tôt. Les entreprises du bâtiment n'ont été que 13% à embaucher, celles des travaux publics 24%. En revanche, si l'on considère la totalité des structures, y compris celles qui n'ont pas de salariés, la baisse des recrutements est de l'ordre de 7%, en comparaison à celle de 9% au 1er semestre 2017.

 

De plus, 23% des entreprises ont déclaré avoir rencontré des difficultés de recrutement au cours des 6 premiers mois de 2018 - elles étaient 30% un an auparavant. Dans le détail des problèmes rencontrés, 70% des structures évoquent des problèmes de qualification, 63% l'absence de candidatures. Pour l'U2P, ce constat est "un comble, alors que le chômage demeure à un niveau élevé dans le pays". Plus prosaïquement, l'organisation considère que "ce déficit d'attractivité s'explique en partie par la priorité donnée à l'enseignement général", lequel ferait de l'ombre aux formations spécialisées dans l'économie de proximité, "où les opportunités sont pourtant plus nombreuses".

 

Inquiétudes autour de possibles nouvelles contraintes

 

D'après le baromètre de l'U2P, 71% des entreprises de proximité expliquent l'absence actuelle d'embauches par une volonté de ne pas augmenter les effectifs. L'organisation souligne que cette situation découle d'une inquiétude des chefs d'entreprises, inquiétude elle-même engendrée par la perspective de nouvelles contraintes, à l'instar du prélèvement de l'impôt à la source. S'agissant des différents types de contrats de travail, l'U2P note un retour en force du CDI, qui redevient par la même occasion le contrat majoritaire : 54% des embauches réalisées durant la 1ère moitié de 2018 ont été des CDI (contre 45% l'année dernière), tandis que les CDD représentaient 41% (contre 50% en 2017). A titre de comparaison, 87% des contrats signés à l'échelle nationale l'an passé étaient des CDD. Les contrats en alternance (apprentissage et professionnalisation) ont pesé pour 4% des embauches au 1er semestre 2018, mais pourraient bien représenter 21% des intentions de recrutements pour les 6 mois à venir. Des prévisions dues à la volonté du gouvernement de renforcer les filières en apprentissage. Enfin, le temps partiel se replie dans tous les secteurs d'activité, à l'exception de l'artisanat du bâtiment, où il s'établit à 25% au 1er semestre 2018 (il était à 31% au 1er semestre 2017).

 

Les travaux publics déterminés à recruter

 

Concernant les intentions d'embauches pour le 2e semestre 2018, elles se stabilisent globalement à 11%, sachant que les travaux publics constituent l'un des secteurs d'activité les plus déterminés à recruter. A ce propos, le président de l'U2P, Alain Griset, a déclaré : "La confiance est plus que jamais la clé en cette période de croissance fragile. Nous avons démontré notre capacité à créer des emplois pérennes à forte valeur ajoutée, à former des compétences pour l'avenir et à être un moteur économique des territoires". Le responsable poursuit : "Mais attention à ne pas envoyer de signes contradictoires à nos entreprises avec d'une part, une plus grande flexibilité, et d'autre part, la remise en cause des taux réduits de TVA ou la contrainte du prélèvement à la source".

actionclactionfp