NEGOCIATIONS. Ce jeudi 30 août, l'U2P a participé à une réunion de travail à Matignon en compagnie de plusieurs membres du gouvernement. L'occasion pour l'organisation professionnelle de rappeler ses positions et ses propositions sur plusieurs dossiers qui vont émailler l'agenda social des prochains mois.

Les représentants de l'Union des entreprises de proximité (U2P) ont participé le jeudi 30 août à une réunion de travail organisé à l'hôtel de Matignon. Le Premier ministre, Edouard Philippe, ainsi que les ministres de la Santé, Agnès Buzyn, et du Travail, Muriel Pénicaud, se sont entretenus avec les représentants de l'organisation professionnelle sur le calendrier social des prochains mois. Ce fut l'occasion pour l'U2P de rappeler ses positions et ses propositions sur plusieurs sujets, à commencer par la réforme de l'assurance-chômage, qui est actuellement dans les tuyaux : sur ce dossier, l'organisation a souligné "l'absolue nécessité de trouver les voies qui permettront de relancer la création d'emplois et de réduire les difficultés de recrutement". Ces dernières déboucheraient sur de "véritables pénuries de main-d'œuvre" qui rendraient plus vulnérables certains secteurs d'activité, dont le bâtiment.

 

Préservation des contrats courts et réforme de la santé au travail

 

Autre pierre d'achoppement : la volonté du gouvernement de limiter le recours aux contrats de travail de courte durée. L'U2P estime pourtant que ce système permet aux artisans et commerçants de pouvoir répondre à de vrais besoins ponctuels, et il reviendrait dès lors aux branches professionnelles de s'atteler à d'éventuelles négociations. Au passage, l'U2P précise que "toute solution imposée d'en haut serait contre-productive".

 

Dans un autre registre, celui de la santé au travail, l'organisation plaide pour l'instauration d'un nouveau dispositif, plus simple et plus compréhensible. Elle propose notamment de mieux articuler médecine du travail et médecine de ville, estimant que les pathologies directement liées à l'exercice professionnel sont les seules à relever de la médecine du travail. Par ailleurs, l'U2P se dit favorable à une mutualisation de tous les organismes de santé au travail, ceci dans une logique de rationalisation. Une condition toutefois : certains secteurs d'activité comme le bâtiment doivent garder leur autonomie de gestion.

 

Prélèvement à la source : le suspens continue

 

Enfin, les représentants de l'U2P se sont félicités de la volonté d'Emmanuel Macron de revoir une dernière fois la copie du prélèvement à la source avant de rendre son verdict, normalement programmé au mardi 4 septembre. Pour rappel, ce mode de prélèvement inédit de l'impôt sur le revenu doit entrer en vigueur le 1er janvier 2019. Mais la réforme est décriée, notamment par les chefs d'entreprises de proximité, artisans, commerçants et autres professionnels libéraux : ces derniers, selon l'U2P, "ne souhaitent pas collecter l'impôt de leurs salariés", et redoutent "une dégradation des relations au sein de l'entreprise, en plus d'une surcharge de travail et financière" jugée "inacceptable". Avec tous ces dossiers sur le feu, le calendrier social du gouvernement va être assurément chargé ces prochains mois.

actionclactionfp