SAUVETAGE. Un an après l'incendie ayant ravagé la cathédrale de Paris, le président de la République Emmanuel Macron a tenu à féliciter les équipes qui interviennent pour reconstruire l'édifice.

Un an jour pour jour après l'incendie de Notre-Dame de Paris, le président de la République Emmanuel Macron a tenu à féliciter, dans une courte vidéo postée sur les réseaux sociaux, les équipes en place œuvrant pour la reconstruction de l'édifice. "Je voulais dire la reconnaissance de la nation [...] envers les compagnons et intervenants de ce chantier d'exception, qui œuvrent depuis des mois à ces réédifications", a-t-il affirmé, listant les architectes, artisans, compagnons et apprentis. Des professionnels que le secteur avait également remercié en septembre dernier, en leur décernant un Trophée d'honneur lors des Trophées de la Construction 2019. Le Président a également assuré que tout serait fait pour tenir le délai qu'il avait fixé de cinq ans pour reconstruire Notre-Dame.

 

Le temps de la "reconstruction" est engagé, a précisé le chef de l'État.


"Notre-Dame est entre de bonnes mains"

 

Contacté par Batiactu, Eric Wirth, vice-président du Conseil national de l'ordre des architectes (Cnoa), se félicite de voir sur le chantier "Notre-Dame entre de bonnes mains". "Il y a visiblement un professionnalisme et un engagement de tous, avec des compagnons plus que motivés. Ils y vont avec la foi !" Au sujet du délai de cinq ans, qui vient d'être réaffirmé par Emmanuel Macron, l'architecte réagit tout d'abord en reconnaissant qu'il est indispensable de fixer un cap. "Mais n'en faisons pas pour autant un impératif : montrons plutôt au reste du monde à quel point nous prenons soin de nos bâtiments, et faisons de ce chantier une vitrine pour les métiers de notre secteur", argumente-t-il. "Nous devons mieux faire partager cette reconstruction, dans la mesure même où l'incendie du 15 avril 2019 a bouleversé des millions de personnes à travers le monde."

 

 

Eric Wirth trace également un parallèle entre la crise actuelle du covid-19 et la reconstruction de Notre-Dame, deux évènements d'amplitude différente mais mettant en lumière les "métiers indispensables". "Ce chantier met en valeur les métiers du bâtiments, grutiers, cordistes, tailleurs de pierre, mais aussi leurs motivations et leur engagement au service d'un but commun." L'espoir du Cnoa est de voir beaucoup de jeunes attirés vers ces métiers.

 

La richesse de notre pays est liée à son patrimoine

 

Et quid du projet architectural pour la reconstruction ? "Le diagnostic de la cathédrale n'est pas encore terminé, il faut encore laisser le temps aux études", rappelle Eric Wirth. "C'est sur cette base que nous saurons ce qu'il sera possible de faire pour la toiture et la flèche, ou pas. J'espère que ce débat aura lieu dans une humeur apaisée, et que l'on fera confiance aux sachants." L'architecte invite les acteurs à s'inspirer de l'humilité des bâtisseurs pour la plupart anonymes de cet édifice. "Et enfin, occupons-nous davantage de nos bâtiments patrimoniaux, les petits comme les grands. La richesse de notre pays, économique mais pas seulement, est directement liée à cela."

actionclactionfp