SÛRETÉ. À la suite d'une inspection spontanée visant à vérifier l'organisation de crise de sa centrale de Flamanville (Manche) face à une catastrophe naturelle, l'Autorité de sûreté nucléaire a adressé une mise en demeure à l'électricien national, qui sera accompagné d'un contrôle des mesures nécessaires.


Coup dur pour EDF : dans la nuit du 11 au 12 janvier 2021, les équipes de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont mené une inspection surprise sur le site de sa centrale atomique (comprenant deux réacteurs "classiques" en fonctionnement et un EPR - réacteur à eau pressurisée de nouvelle génération - en chantier) de Flamanville, dans la Manche, afin de vérifier que son organisation de crise était capable de surmonter une catastrophe naturelle "entraînant l'encombrement du réseau routier et un isolement partiel du site". Mais le résultat de cette simulation est loin d'avoir convaincu le gendarme du nucléaire : "L'inspection a permis de révéler plusieurs insuffisances dans la capacité à gérer une crise en situation d'aléa extrême, notamment en raison de carences en matière d'organisation, et cela indépendamment du professionnalisme dont ont fait preuve les agents d'astreinte lors de l'inspection inopinée", note l'ASN dans sa décision rendue publique en ce début du mois de mars.
Il vous reste 56% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp