RENOVATION ENERGETIQUE. Dans un courriel adressé le 6 décembre à la direction de l'habitat, de l'urbanisme et des paysages, la fédération interprofessionnelle du diagnostic immobilier suggère un report de la date de publication des textes réglementaires relatifs au nouveau diagnostic de performance énergétique, prévue pour mars 2020.

La fédération interprofessionnelle du diagnostic immobilier (FIDI) ne veut pas revivre les déboires de la précédente tentative de fiabilisation du diagnostic de performance énergétique (DPE). Dans un courriel adressé le 6 décembre à la direction de l'habitat, de l'urbanisme et des paysages (DHUP), soit quinze jours après la réunion plénière qui a clôturé la concertation sur la fiabilisation du DPE, la FIDI suggère des "propositions complémentaires importantes." A commencer par un report de la date de publication des textes réglementaires relatifs à la nouvelle mouture du DPE, prévue pour mars 2020. Il faut dire que la fiabilisation du DPE, régulièrement décrié, constitue un préalable indispensable à l'instauration de son caractère opposable, et non plus seulement informatif, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2021, dans le cadre de la loi Elan.

 

Pour l'UFC-Que Choisir, le projet de fiabilisation n'a pas droit à l'erreur

 

Mais cette échéance de mars 2020 implique, pour la DHUP, d'avoir achevé la rédaction de ces textes mi-janvier, souligne la FIDI. Un délai réduit, qui "interdit une mise à l'épreuve, par des diagnostiqueurs, des nouvelles pratiques induites par les textes en question", souligne la fédération. Or "une fiabilisation efficace n'échappera pas à une batterie de tests complète", insiste la FIDI, afin de "ne pas vivre, comme lors de la dernière fiabilisation, une remise en cause du nouveau DPE par les associations de consommateurs." "Un projet de fiabilisation (du DPE) est en cours, il n'a pas le droit à l'erreur", prévenait d'ailleurs l'UFC-Que Choisir le 8 janvier dernier.

 

Les professionnels du diagnostic immobilier s'inquiètent également du projet du Gouvernement consistant à réduire d'un an seulement, à neuf ans, la durée de validité du DPE. La FIDI propose une durée de six ans, "pour se caler sur les durées de validité des diagnostics réalisés dans le cadre de la location." La fédération appelle aussi à supprimer la possibilité d'utiliser un DPE collectif en tant que DPE individuel d'un lot, au motif qu'un "DPE à l'immeuble ne rend pas compte des particularités de chaque appartement." Quant à l'exploitation des données du DPE, la FIDI juge cette obligation "dangereuse" pour la confidentialité des données.

actionclactionfp