INFOGRAPHIE PRÉSIDENTIELLE. Le candidat du parti Reconquête veut faire de la préférence nationale le socle de son programme présidentiel. À ses yeux, ce principe doit s'appliquer aussi bien pour l'attribution de logements sociaux qu'en termes de choix industriels pour le mix énergétique, avec un fort soutien à la filière nucléaire tricolore, sans oublier la compétitivité des entreprises. Décryptage en 3 points et une infographie du programme d'Éric Zemmour.


L'essayiste et ancien journaliste Éric Zemmour, représentant le parti Reconquête dans la course à la magistrature suprême, fait de la préférence nationale le socle de son programme. Ce principe doit selon lui s'appliquer dans nombre de domaines, de l'attribution de logements sociaux aux choix industriels pour la politique énergétique, en passant par la fiscalité des entreprises susceptibles de contribuer à la réindustrialisation de l'Hexagone.

 

 

Alléger la fiscalité des entreprises

 

Le candidat classé à l'extrême-droite de l'échiquier politique propose un certain nombre de mesures dédiées à la fiscalité. Avec un double objectif : d'une part, redonner du pouvoir d'achat aux ménages (et donc aux salariés), et d'autre part, faire gagner de la compétitivité aux entreprises. Cela se traduit notamment par sa proposition emblématique de la prime "zéro charge", qui serait donc exemptée de toute charge salariale et patronale, et que l'employeur pourrait directement verser une fois par an à son salarié, dans la limite de trois mois de salaire net.

 

Toujours dans cette logique d'alléger la fiscalité pesant sur les entreprises, Éric Zemmour suggère de baisser les impôts de production de 30 milliards d'euros supplémentaires chaque année, en supprimant en priorité la Contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S), la Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) et la Cotisation foncière des entreprises (CFE).

 

De même, il prévoit de ramener le taux d'impôt sur les sociétés à 15% pour les PME (petites et moyennes entreprises) et les artisans réalisant jusqu'à 300.000 euros de bénéfices. Ces gains de compétitivité devront s'accompagner d'une réindustrialisation du pays, au travers notamment de la transformation de l'Agence des participations de l'État en un fonds souverain, chargé d'investir "en priorité dans les entreprises stratégiques françaises".

 

Priorité au nucléaire

 

Sur le plan de la transition énergétique, le candidat de Reconquête veut mettre le paquet sur l'industrie nucléaire, qu'il a déjà eu l'occasion de présenter comme "l'énergie la meilleure et la plus sobre en CO2 (dioxyde de carbone)".
Il vous reste 60% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp