CONJONCTURE. Alors que la FNTP publie son bulletin de conjoncture pour le mois de novembre 2021, les données remontées tendent à confirmer une seconde partie de l'année bien plus morne en termes d'activité qu'au premier semestre.

Les données à fin novembre le confirment : l'activité dans les travaux publics "manque de dynamisme" sur la deuxième partie de l'année 2021, constate la FNTP dans son dernier bulletin de conjoncture. Après un été morose et début d'automne stable, le niveau des travaux réalisés s'inscrit en recul de 2,3% sur le mois de novembre, par rapport à l'activité enregistrée en novembre 2020.

 

En cumul depuis début 2021, la tendance reste cependant positive : +11,5%. Les bons chiffres du premier semestre, liés à "l'effet de rattrapage post crise sanitaire", permettent en effet de conserver une bonne dynamique globale. Même si son niveau est toujours inférieur à celui de 2019 (-3,2% en cumul vs janvier-novembre 2019).

 

Des prises de commandes toujours en retrait

 

De leur côté, les prises de commandes restent en berne en cumul depuis janvier 2021 : -5,7% sur un an, et même -18,5% par rapport à 2019. Sur le seul mois de novembre, la tendance est également à la baisse : -15,3% vs novembre 2020, et -19,3% vs novembre 2019.

 

Disposant par ailleurs des données sur l'intégralité de l'année de la commande publique, la FNTP observe que "le bilan annuel fait aussi état d'un niveau dégradé du volume d'appels d'offres en comparaison de la situation d'avant crise (-20%)". En revanche, un rebond de 10% est enregistré par rapport à 2020.

 

Pas suffisant pour retrouver le niveau d'activité d'avant crise covid

 

Les effectifs d'ouvriers permanents s'affichent quant à lui en légère hausse entre janvier et novembre 2021 (+1,6%). Le nombre d'heures travaillées qu'ils ont effectué sur cette même période grimpe, de son côté, de 7,3%. L'intérim, en revanche, souffre : le volume d'heures intérimaires est en net retrait en cumul sur les 11 premiers mois de l'année : -12% sur un an, et même -40,6% par rapport à 2019 !

 

Comme l'indiquait Julien Guez, directeur général de la FNTP, à Batiactu il y a quelques semaines, les travaux publics devraient boucler une année 2021 moins enthousiasmante que ce que le premier semestre avait laissé imaginer, mais "correcte" malgré tout. "Le secteur affichera un rebond compris entre +10% et +11% qui ne permettra pas de retrouver son niveau d'avant crise (environ -3% par rapport à 2019)", prévient cependant la fédération.

 

La profession reste par ailleurs sur ses gardes, à cause de "l'absence de rebond des prises de commandes" mais aussi des "tensions inflationnistes sur les coûts de production" - +5,7% sur l'index TP01 en un an, rappelle la FNTP. Ce qui pèse considérablement sur l'activité des entreprises.

actionclactionfp