Autre enjeu pour cette gare très profonde de 37 mètres : c'est la création d'une transition entre le monde souterrain et la ville, un espace pour que cette transition s'effectue de la meilleure manière possible. "Nous avons alors créé une grande cavité qui va en s'élargissant, ajoute l'architecte. Les volumes augmenteront progressivement et se dilateront. Il y aura aussi un enjeu d'intermodalité, assez complexe à réaliser, et nous avons choisi une interconnexion souterraine, avec une galerie qui se greffera sur le volume principal."

 

Dans la continuité de la tradition des carrières de calcaire

 

Dans la ville de Maisons-Alfort, reconnue également pour une grande tradition de carrières, les porteurs du projet ont souhaité "garder, comme dans les carrières de calcaire, les décalages de coupes dans la roche et les piles." Au final, cela créera donc "un espace naturel excavé dans le sol, avec le jeu de la lumière sur ces pans d'espace géologique."

 

"A cet endroit, nous allons créer une place, un lieu nouveau et fédérateur pour les deux communes, a complété l'architecte. Et les nouveaux immeubles viendront densifier la ville et c'est fondamental pour éviter l'étalement urbain. Au-dessus de la gare, un immeuble de bureaux viendra faire signal de la présence de la gare, de la nouvelle densité."

actioncl