Le groupe Covanord, qui valorise des déchets ferreux et non ferreux, a fait appel à l'Icam-Lille, une école d'ingénieurs, pour développer son futur outil industriel. Il sera dévolu au démantèlement des fenêtres à double-vitrage et entrera en action d'ici à la fin de 2017.

L'Icam-Lille et Covanord collaborent depuis 2015 sur divers projets d'ingénierie liés à la valorisation de déchets. Après avoir réalisé une étude de marché sur les déchets de plâtre dans le secteur du BTP, l'industriel a de nouveau sollicité l'école d'ingénieurs, en mars 2016, cette fois pour concevoir un outil de traitement des double-vitrages. Olivier Wdowiak, le directeur QHSE de Covanord explique : "Nous avons choisi de faire appel à l'Icam car l'école connaît réellement le monde de l'entreprise, notamment nos attentes et exigences en matière d'innovation. Nous recherchions un partenariat neutre avec une palette de compétences transversales".

 

Des millions de fenêtres à traiter chaque année

 

Trois concepts ont d'abord été proposés : "Nous avons axé nos recherches et essais sur plusieurs aspects, la sécurité des opérateurs et l'ergonomie du poste de travail - un sujet central pour Covanord - et le temps de démantèlement de la fenêtre afin de valider la rentabilité de cette future activité", précise Julien Mangiez, chargé d'affaire à l'Icam-Lille. Des tests ont permis à l'industriel de valider le choix d'une ligne semi-automatisée. Les élèves ingénieur ont ensuite planché sur la définition des systèmes, les vitesses et les protections de l'environnement de travail. Il est prévu que l'installation soit opérationnelle d'ici à la fin de l'année. De son côté, Covanord organise une filière de collecte afin d'approvisionner la ligne. Mais le marché recèle d'un fort potentiel : entre 2 et 3 millions de fenêtres sont démontées et mises en décharge chaque année, avec une proportion de double-vitrage qui ne cesse d'augmenter. Ils devraient représenter une fenêtre sur deux dans les 5 ans, selon le spécialiste de la valorisation.

 

L'Icam annonce accompagner une soixantaine d'entreprises chaque année, au travers de 70 à 90 projets menés par ses élèves de 5e année. Quatre élèves ont été mobilisés autour du projet Covanord qui envisage déjà d'automatiser totalement la ligne de démantèlement, à l'horizon de 2019, toujours avec l'aide de l'école.

actionclactionfp