RENOUVELABLES. Le chantier du futur parc éolien offshore du Calvados a débuté ce 22 février 2021 au large des côtes du Bessin. À leur mise en service prévue en 2024, les aérogénérateurs s'étendront sur quelque 45 kilomètres carrés et couvriront la consommation de 630.000 habitants.

Après que tous les accords de financement entre le consortium chargé de la construction et ses partenaires financiers aient été signés, le chantier du futur parc éolien maritime du Calvados a été lancé ce 22 février 2021. EDF Renouvelables, EIH (filiale du groupe d'infrastructures énergétiques nord-américain Enbridge) et WPD (producteur européen d'énergies renouvelables) sont donc chargés d'édifier les 64 aérogénérateurs d'une puissance unitaire de 7 MW qui composeront le site localisé à plus de 10 kilomètres des côtes du Bessin. À sa mise en service prévue pour 2024, le parc s'étendra sur une superficie totale d'environ 45 km². Développant une puissance de 448 MW, sa production devrait couvrir la consommation annuelle en électricité de 630.000 personnes, ce qui représente plus de 90% de la population du Calvados.

 

"Au-delà des opportunités industrielles créées par ce projet, le parc du Calvados ancre la pérennité de l'éolien en mer dans le mix énergétique français", analyse à cette occasion Achim Berge Olsen, directeur exécutif du groupe WPD AG et président-directeur général de WPD Offshore France. Et d'ajouter que ce projet "ouvre également la voie aux futurs projets qui verront le jour au large des côtes françaises dans les années à venir".

 

Les 64 éoliennes seront fabriquées au Havre

 

Les travaux devraient s'étaler sur trois ans et demi et mobiliser un millier d'emplois directs dans toute la région normande. Les investissements du projet se chiffrent pour leur part à 2 milliards d'euros, "majoritairement financés par une dette sans recours" selon un communiqué du groupement. Les éoliennes seront fabriquées par l'usine Siemens Gamesa Renewable Energy, elle-même actuellement en construction sur un des quais portuaires du Havre. La phase d'assemblage des aérogénérateurs sera aussi réalisée sur le port, avant que les engins ne soient transportés par voie maritime jusqu'à leur site d'installation. Les travaux en mer à proprement parler ne démarreront donc véritablement qu'en 2022, une fois les premiers aérogénérateurs sortis de l'usine.

 

Dans l'intervalle, le gestionnaire du Réseau de transport d'électricité (RTE), ayant la responsabilité de raccorder le futur parc offshore au réseau, amorcera son chantier à terre dès le mois de mars 2021. Parmi les fournisseurs du consortium, Saipem se chargera des fondations en monopieux, tandis que Prysmian Group fabriquera les câbles sous-marins reliant les éoliennes aux sous-stations électriques situées en mer, ces dernières étant quant à elles conçues par le groupement Chantiers de l'Atlantique/General Electric Grid Solutions/SDI.

actionclactionfp