FOCUS. Un an après le lancement des Assises de la forêt et du bois, plusieurs ministres ont dressé un premier point d'étape sur les différents chantiers de la filière. Pouvoirs publics et professionnels veulent concilier les fonctions économique et écologique des massifs afin de sécuriser le bois-d'oeuvre pour la construction et le bois-énergie pour la biomasse.


C'était il y a un an : les Assises de la forêt et du bois, organisées à l'initiative du Gouvernement, étaient lancées en rassemblant pouvoirs publics et professionnels autour de la table, dans l'objectif de garantir le développement d'une filière en manque de structuration à l'aube d'une probable explosion de la demande en bois pour la construction et pour l'économie bas-carbone. En avril 2022, les conclusions de ce conciliabule, reposant sur "quatre piliers", étaient rendues publiques.

 

 

La Première ministre Élisabeth Borne a lancé en parallèle le programme de planification écologique du pays "France Nation Verte", dont le volet forêt est présenté comme un "chantier prioritaire". Avec l'idée de revoir toute la chaîne de valeur de la filière, "cinq axes de travail" ont été arrêtés, à savoir une meilleure prévention des risques et de la lutte contre les incendies, l'adaptation des massifs au changement climatique ainsi que leur gestion durable, la restauration et la préservation de la biodiversité et des écosystèmes, et enfin la structuration et le développement de la filière pour mieux valoriser les produits du bois.
Il vous reste 76% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp