RENOVATION ENERGETIQUE. Dans la soirée du mercredi 16 octobre, le gouvernement a déposé un amendement à l'article 4 du projet de loi de finances pour 2020 visant à "introduire, pour les ménages des 9ème et 10ème déciles de revenus, un soutien en 2020, via le CITE, aux travaux d'isolation des parois opaques", lit-on sur le site de l'Assemblée nationale.

Bonne nouvelle pour les professionnels de la rénovation énergétique, qui déploraient la disparition du crédit d'impôt transition énergétique (CITE) pour les ménages les plus aisés et l'exclusion de ces derniers du champ de la future "prime renov", alors qu'ils représentent près de la moitié des opérations de rénovation énergétique. Dans la soirée du mercredi 16 octobre, le gouvernement a déposé un amendement à l'article 4 du projet de loi de finances pour 2020 visant à "introduire, pour les ménages des 9ème et 10ème déciles de revenus, un soutien en 2020, via le CITE, aux travaux d'isolation des parois opaques", lit-on sur le site de l'Assemblée nationale.

 

Pour le groupement du Mur manteau, la "solution la plus efficace"
Sans surprise, le groupement du Mur manteau salue cette avancée, espérant que le texte sera validé. "La moitié des travaux de rénovation énergétique sont faits par les ménages les plus aisés", rappelle Philippe Boussemart, son président, auprès de Batiactu. "Ce crédit d'impôt pour 2020 serait un premier pas, et nous souhaiterions bien évidemment que le système soit pérennisé." Quant à privilégier l'isolation, cela permet de mettre des moyens sur l'acte de rénovation le plus "efficace". "Une fois que l'on aura tout isolé, viendra le temps d'installer des équipements bien dimensionnés."

 

"Ces travaux lourds, coûteux et souvent complexes engendrent en effet des difficultés particulières lors de leur phase de réalisation alors même qu'ils ont un impact environnemental important. Ils nécessitent donc un soutien particulier, y compris pour les ménages aux revenus plus élevés", argumente le texte de cet amendement numéro 3.037. Celui propose 10 euros par mètre carré pour l'isolation des murs en façade ou pignon par l'intérieur, des rampants de toiture et des plafonds de combles aménagés ou aménageables. Une aide qui se monte à 25 euros par mètre carré pour l'isolation des murs en façade ou pignon par l'extérieur, et des toitures-terrasses.

 

"C'est un premier signe positif", a admis auprès de Batiactu Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment. Tout en prévenant que "le compte n'y est pas sur cette modification du CITE en prime (et que) les parlementaires doivent continuer de renforcer très largement ce dispositif si l'on veut maintenir les objectifs de rénovation fixés par le gouvernement lui-même." "Cela mérite un peu plus que ce qui est proposé, nous ne sommes pas sur des niveaux très élevés", juge pour sa part Patrick Liébus, président de la Capeb. "Je pense que réintroduire ces ménages comme éligibles à ce crédit d'impôt forfaitaire, même si cela concerne un champ limité des travaux, est un bon moyen de continuer à les sensibiliser à la rénovation énergétique et de les inciter à passer à l'action", a réagi de son côté Audrey Zermati, directrice de la stratégie de la société Effy, spécialisée dans l'efficacité énergétique. Quant au député Libertés et territoires du Maine-et-Loire Matthieu Orphelin, il "salue" dans un communiqué cette "nouvelle avancée" mais estime "qu'il aurait été utile d'élargir" cette réintégration du crédit d'impôt pour les déciles 9 et 10 "aux rénovations globales performantes."

actionclactionfp