INNOVATION. A l'occasion du quatrième Workshop du CementLab, industriels et jeunes ont présenté des projets visant à implanter l'économie circulaire dans le cycle de vie des bâtiments.

Lancé en janvier 2018 par l'Industrie cimentière, le CementLab est un laboratoire d'idées consacré au ciment. Ce jeudi 16 mai 2019, le siège de la SMABTP accueillait la quatrième édition du Workshop CementLab, dont le thème était : l'économie circulaire. Sur la scène de l'auditorium, sept jeunes pousses se sont succédées afin de présenter le fruit de leur travail. Le traitement des déchets a été la thématique centrale de l'événement. Le secteur de la construction est le plus gros producteur de déchets. Deux questions se posent alors, la valorisation et le tri. Pour le premier aspect, Backacia et Cycle Up proposent un marché digital de réemploi des matériaux à destination des professionnels. Concernant la gestion et l'évacuation des déchets, Ecodrop se positionne comme les "Uber du déchet", explique Marie Combarieu, sa fondatrice. L'entreprise a mis en place un système de collecte et dépôt depuis les chantiers, jusqu'aux déchetteries spécialisées. "L'objectif est d'éradiquer les déchets sauvages et de réduire l'enfouissement", ajoute-elle. La fin de vie d'un bâtiment est aussi une source importante de déchets. Pour pallier cela, Batirim utilise la maquette numérique pour modéliser une déconstruction sélective et ainsi maximiser le réemploi et le recyclage.

 

Les trois dernières jeunes pousses présentes au Workshop ont abordé des sujets différents : E-Béton développe une plate-forme de commande simplifiée de béton ; Water Horizon a inventé une technologie de captage et de stockage de la chaleur industrielle pour la redistribuer ; et Kempro Environnement propose de traiter le CO2 émis par un site pour le réinjecter sur place. Entre les présentations des start-up, le groupe Vicat et Ciments Calcia sont venus témoigner de leur engagement dans l'économie circulaire. Ils ont respectivement présenté une offre de valorisation des terres polluées et un projet, encore embryonnaire, de bâtiment zéro-déchet. Tous les acteurs se sont réunis autour d'un objectif clair : atteindre 70 % de déchets valorisés en 2020. Si de nombreux freins ont longtemps ralenti la progression du secteur sur la question, des solutions voient le jour et laissent présager un avenir meilleur.

actionclactionfp