RÉGLEMENTATION. Modes de calcul, indicateurs, décrets attendus, surcoûts, détail des seuils... le Cerema a présenté, le 25 mai, l'état des connaissances sur la nouvelle réglementation environnementale, qui entrera en vigueur progressivement, à partir du 1er janvier prochain.


Le Cerema Méditerranée a présenté, lors d'un webinaire, le 25 mai, les détails de la réglementation environnementale qui doit entrer en vigueur à partir du 1er janvier prochain. A partir seulement car, comme le rappellent Nicolas Cabassud et Laurent Guldner, spécialistes du sujet au sein de l'organisme public qui a piloté plusieurs groupes de travail pour l'élaboration de la RE2020, les exigences vont aller croissant, en termes de bâtiments concernés et en termes de seuils de consommations et d'émissions.

 

Ainsi, une première salve de décrets et d'arrêtés attendus à l'été fixeront les exigences et la méthode pour la construction de maisons individuelles et les logements collectifs, ainsi que les données environnementales servant aux différents calculs pour les produits de construction et la décoration, les équipements électriques, électroniques et de génie climatique. Le tout entrera en vigueur au 1er janvier 2022. Pour le tertiaire, un premier décret concernant les bureaux et l'enseignement (primaire et secondaire) est attendu, de manière plus floue, au second semestre, pour une entrée en vigueur "début 2022". Pour les autres typologies de tertiaire ainsi que les constructions temporaires et les extensions et constructions de petites surfaces, les textes sont attendus à l'été 2022 pour une entrée en vigueur au 1er janvier 2023. Par ailleurs, les exigences carbones pour les logements seront progressivement renforcées, rappelle le Cerema, avec quatre dates clés : 2022, 2025, 2028 et 2031.

 

Des exigences en trois volets

 

La RE2020 comprend trois volets : la performance énergétique, l'impact carbone, et le confort d'été. Ceux-ci se déclinent en six indicateurs. Pour la seule partie énergie, on en compte trois : le besoin bioclimatique (Bbio), la consommation d'énergie primaire (Cep), la consommation d'énergie primaire non renouvelable (Cep,nr), et un quatrième, qui renseigne également la partie environnementale de la RE : l'indice carbone énergie (ICénergie), qui calcule l'impact sur le changement climatique des consommations d'énergie.

 

Pour la partie carbone, un autre indicateur, l'indice carbone construction (ICconstruction) rend compte de l'impact des matériaux et équipements et de leur mise en œuvre. Enfin, le confort d'été fait l'objet d'un indicateur en degrés-heures. Pour rappel, la RT2012, largement centrée sur la performance énergétique, avait deux indicateurs principaux : Bbio et Cep.

 

Des modes de calcul différents

 

"Sur le plan énergétique, la RE2020 réemploie les bases de la RT2012", expliquent les experts du Cerema. Chauffage-refroidissement, éclairage, eau chaude sanitaire et les auxiliaires (pompes et ventilateurs), avec "la plupart des algorithmes de calcul de la RT". Parmi les nouveautés, la principale est que la surface de référence est désormais la surface habitable (Shab) et son équivalent la surface utile pour le tertiaire, alors que la RT2012 se calculait avec la SDP (surface de plancher), à laquelle s'ajoute la surface de combles non habitables.

 

De même, de nouvelles consommations rentrent dans le calcul : ascenseurs et escalators, éclairage et ventilation des parkings et parties communes en logement collectif. Parmi les autres ajouts, on peut noter l'ajout d'une séquence de canicule (l'été 2003) au scénario météo conventionnel, l'évolution du coefficient de conversion en énergie primaire de l'électricité qui passe de 2,58 à 2,3, une prise en compte systématique du refroidissement "même lorsque les fenêtres peuvent être ouvertes", ainsi qu'une pénalisation forfaitaire de ces besoins de refroidissement. Ces différents ajouts et modifications tendent à durcir les exigences, expliquent les experts, mais surtout ils rendent "pas directement comparables" les exigences de la RT2012 et celles de la RE2020, ce qui a, expliquent-ils, commandé un ajustement des seuils.

 

Le Cep, plus contraignant que le Bbio

 

Pour ce qui est des indicateurs déjà connus, le Cerema fait remarquer que le Bbio de la RT2012 est déjà "souvent largement dépassé dans les constructions actuelles". Pour rappel, celui-ci se mesure en points, et rend compte des besoins de chaud, de froid et d'éclairage des bâtiments. Le Bbio max moyen de la RE2020, durci de 30% par rapport à aujourd'hui, est modulé selon la zone géographique, la surface construite, l'exposition au bruit (qui empêche d'ouvrir les fenêtres), l'altitude, etc. A date, 11% des maisons et 30% des collectifs construits dépassent de plus de 30% le Bbio RT2012. Et "seulement 24% des collectifs et 43% des maisons se situent entre 0 et -10% du Bbio 2012", ce qui fait dire aux experts du Cerema que l'objectif de la RE2020 est "largement atteignable, même si oui, cela implique un surcoût".
Il vous reste 61% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp