EMPLOI. Malgré une chute du nombre de chantiers, le secteur du BTP affiche une belle croissance dans ses intentions d'embauche pour le printemps 2021. Partout en France, des entreprises cherchent des salariés mais sont parfois en manque de main d'œuvre.

ManpowerGroup a publié son baromètre* des perspectives d'emploi pour le second trimestre 2021, ce mardi 9 mars. Si la prévision nette d'emploi en France se situe à +7% pour la période d'avril à juin 2021, les intentions d'embauche dans le secteur de la construction font, quant à elles, un bond de 20%. Une progression de 14 points en un trimestre, et de 2 points en un an. C'est dans ce secteur et celui des industries manufacturières que les entreprises se montrent les plus favorables. Le bâtiment a pourtant été touché de plein fouet par la crise. Et en 2020, les travaux publics ont enregistré une chute historique de l'activité, à hauteur de -12,5%.

 

Un secteur en manque de main d'œuvre

 

Malgré une baisse d'activité, le secteur de la construction continue de recruter un peu partout en France. 46.000 postes sont notamment à pourvoir en Île-de-France, pour les travaux du Grand Paris, la préparation des Jeux Olympiques 2024 et la construction de logements. Toujours dans cette région, l'entreprise internationale d'ingénierie Assystem a annoncé récemment vouloir embaucher 400 personnes, notamment dans l'énergie et le bâtiment. Dans le reste de l'hexagone, Pôle Emploi s'est attelé à organiser des événements pour répondre aux besoins des entreprises, comme en région Centre-Val de Loir où était organisée la semaine des métiers du bâtiment et des travaux publics en février dernier.

 

De bonnes perspectives à compter d'avril 2021 dans le secteur

 

Pourquoi ce début de reprise depuis la fin 2020 dans le secteur de la construction ? Eric Servolle, directeur de marchés BTP chez Manpower, contacté par Batiactu, l'explique par la reprise d'activité au quatrième trimestre, pour récupérer le retard lié au premier confinement. Quant aux perspectives à compter d'avril 2021, très bonnes, elles sont liées à de nombreux facteurs, comme la fin des intempéries, un début de saisonnalité et l'accélération de la reprise. Le besoin de profils d'encadrement se fait par ailleurs de plus en plus prégnant au vu des nombreux grands projets tels que le Grand Paris, les aménagements de La Défense, la fibre optique et la 5G, mais aussi par de nouveaux métiers dans la construction bois ou les réseaux humides et secs en travaux publics. "Nous constatons une forte augmentation de la part des grands clients du BTP sur des projets de recrutements à volume", ajoute Eric Servolle.

 

En signant une charte avec les pouvoirs publics en début d'année, les représentants de la filière se sont engagés à maintenir leurs effectifs et à augmenter les embauches d'apprentis. Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, avait salué lors d'une conférence de presse à Bercy la performance "spectaculaire" du secteur à maintenir son niveau d'emploi et l'augmentation de 12% d'apprentis. La rareté des candidats amènent parfois les entreprises à contacter des débutants qu'ils pourront former.

 

Une aide pour l'embauche des jeunes

 

En 2020, 10% des étudiants en alternance en France ont choisi le secteur du bâtiment et des travaux publics. L'État a d'ailleurs prolongé jusqu'au 31 mars 2021 l'aide exceptionnelle de plusieurs milliers d'euros accordée aux employeurs qui recrutent un salarié en contrat d'apprentissage ou en contrat de professionnalisation. La profession s'est également engagée à embaucher 15.000 "bâtisseurs" issus des quartiers de la politique de la ville cette année, dans le cadre du plan France relance.

 

*Le Baromètre ManpowerGroup des perspectives d'emploi pour le 2ème trimestre 2021 a été réalisé dans 43 pays et territoires, entre le 13 et le 27 janvier 2021 auprès de 42 135 employeurs issus d'entreprises privées et d'organismes publics, dont 767 employeurs en France.

actionclactionfp