FILIÈRE. Le ministre de l'Économie est intervenu lors des "24 heures du bâtiment" pour tenter de répondre aux inquiétudes de la profession. Dans un contexte d'inflation généralisée, le locataire de Bercy a annoncé que l'Observatoire des prix des matériaux, qui était jusqu'alors une expérimentation, va être officialisé à compter du 1er janvier 2023.


Malgré une activité toujours très soutenue dans la rénovation - c'est une autre histoire pour le neuf -, le secteur de la construction demeure confronté à de nombreuses problématiques en cette fin d'année 2022. Inflation des matériaux comme des équipements, explosion des factures d'énergie, difficultés de recrutement, mise en place prochaine de mesures réglementaires contestées - filière de responsabilité élargie du producteur de déchets (Rep), zones à faibles émissions polluantes (ZFE)...

 

 

La filière a déjà eu l'occasion de soumettre ses inquiétudes au Gouvernement lors des Assises du bâtiment et des travaux publics, qui se sont tenues fin septembre et qui ont accouché d'une première salve de mesures de soutien aux opérations économiques et de simplification des procédures administratives. Tandis que des groupes de travail continuent de plancher sur les autres dossiers, les professionnels ont profité d'une nouvelle tribune pour exprimer une nouvelle fois leurs craintes.

 

Guichet d'aide simplifié

 

Lors des "24 heures du bâtiment", organisées par la Fédération française du bâtiment (FFB) le 18 novembre dernier à la Porte de Versailles, à Paris, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a débattu avec le président de l'organisation membre de la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises), Olivier Salleron.

 

L'objet de la discussion a donc porté sur les réponses du secteur face à l'accumulation des crises, économique et énergétique. "L'explosion des prix est le sujet de cette rentrée", a lancé d'emblée Olivier Salleron. Ce à quoi le locataire de Bercy a rétorqué que la France avait déjà connu des "risques systémiques", comme pendant la crise du Covid, où des mesures de soutien telles que le Fonds de solidarité et l'activité partielle avaient été mises en place.

 

"Nous serons présents et ouvrirons dans les prochaines heures un guichet qui sera totalement simplifié et permettra d'aider les TPE-PME qui ne peuvent pas payer leurs factures", a détaillé Bruno Le Maire, en référence à la nouvelle version de ce service d'aide aux entreprises, déjà en vigueur depuis le printemps 2022. "Les entreprises iront se déclarer sur le site Internet de la DGFIP (Direction générale des finances publiques), par une procédure simplifiée, et la subvention pourra aller jusqu'à 4 millions d'euros. Je ne veux pas qu'une entreprise du bâtiment ne puisse pas payer ses factures dans les meilleures conditions."
Il vous reste 67% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp