PERSPECTIVES. Le président de la République a profité des "24 heures du bâtiment", évènement organisé par la Fédération française du bâtiment (FFB), pour faire passer plusieurs messages aux professionnels.


Il y a 5 ans, presque jour pour jour, aux "24 heures du bâtiment", Emmanuel Macron annonçait une adaptation du crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) et du prêt à taux zéro (PTZ). Ce 18 novembre 2022, pour la nouvelle édition de l'évènement organisé par la Fédération française du bâtiment, le président de la République n'était pas présent physiquement, mais avait filmé en amont un entretien vidéo avec le président de la FFB, Olivier Salleron, diffusé devant des milliers d'adhérents de la fédération réunis à la porte de Versailles. Deuxième différence : Emmanuel Macron n'avait pas, cette année, d'annonce fracassante dans sa besace. Mais il a souhaité partager certaines convictions sur l'avenir des métiers et l'importance de ce secteur dans la vie des Français.

 

30 millions de logements à rénover en 30 ans

 

Pour lui, deux grands chantiers, soutenus par des aides financières étatiques, se présentent pour les professionnels du secteur : la rénovation énergétique et l'adaptation des logements au vieillissement. Sur le premier de ces sujets, il n'est pas franchement entré dans l'arène en devisant sur la hausse du budget de MaPrimeRénov' ou le pilotage du dispositif des certificats d'économie d'énergie (CEE). Mais il a, plus largement, salué l'effort de formation effectué par le secteur, qui accueille cette transition énergétique avec moins d'anxiété qu'il y a quelques années, selon lui. "La transition climatique, c'est 30 millions de logements à rénover dans les 30 ans", a-t-il rappelé. "Avec une diversité au niveau des types de rénovation, certaines lourdes et complètes, d'autres plus légères", a-t-il continué, considérant ainsi à demi-mot que l'opposition entre rénovation par gestes et rénovation globale n'est pas si pertinente. Il a promis d'offrir davantage de "lisibilité et de stabilité" aux professionnels, et a insisté sur l'exemplarité de l'État et des collectivités territoriales dans la rénovation de leurs propres biens. "Je veux lancer notamment la rénovation des écoles", a-t-il ajouté. Sur un plan technique, Emmanuel Macron croit à l'industrialisation des rénovations grâce à l'innovation, dynamisée, estime-t-il, par les financements affectés dans le cadre du plan France 2030.
Il vous reste 67% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp