EMPLOI. Dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, 6.000 entreprises sont toujours à la recherche d'un apprenti, d'après un communiqué publié ce lundi 4 novembre par le Comité de concertation et de coordination de l'apprentissage du bâtiment et des travaux publics.

Malgré un taux de chômage à 8,5% en France, il est des entreprises qui manquent de main d'œuvre. C'est le cas dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, où "6.000 entreprises sont toujours à la recherche d'un apprenti", d'après un communiqué publié ce lundi 4 novembre par le Comité de concertation et de coordination de l'apprentissage du bâtiment et des travaux publics (CCCA-BTP). Celui qui n'est autre que le premier réseau d'apprentissage du pays, tous secteurs d'activité confondus, entend bien profiter du Mondial du Bâtiment, qui se déroule cette semaine à Villepinte (Seine-Saint-Denis), pour redorer l'image d'une industrie souffrant de certains préjugés.

 

De fait, selon une enquête de l'Ifop publiée ce même jour, 89% des Français interrogés estiment que BTP est synonyme de métiers difficiles et de conditions de travail pénibles. Une perception contre laquelle le CCCA-BTP s'inscrit en faux dans son communiqué : "Aujourd'hui, ce constat ne reflète plus la réalité du secteur de la construction." "La pratique des métiers est de moins en moins pénible grâce aux multiples innovations", explique-t-il, invoquant exosquelettes, objets connectés, impression 3D et autres outils de réalité augmentée.

 

L'attrait des chantiers du Grand Paris et des Jeux Olympiques

 

Des arguments qui ont peut-être déjà fait mouche. En tout état de cause, le nombre de jeunes inscrits dans les 110 centres de formation conventionnés avec le CCCA-BTP, sur un total de 125 CFA membres du réseau, a augmenté de 3,3% entre le 1er octobre 2018 et le 1er octobre 2019, à 48.157. Une progression qui a atteint 4,1% dans les 77 CFA du BTP à gouvernance paritaire. Le nombre de jeunes en première année de CAP a même bondi de 8,3% en Ile-de-France durant cette période, notamment grâce à l'attrait suscité par les chantiers du Grand Paris et des Jeux Olympiques.

 

Reste que l'avenir du CCCA-BTP semble incertain. En mai, les négociations sur la réforme de l'apprentissage et de la formation professionnelle ont débouché sur des divergences entre la Fédération française du bâtiment (FFB) et la Capeb. La première proposant une cotisation spécifique alimentant le nouvel opérateur de compétence (Opco) BTP, et non plus le CCCA-BTP, ce que refuse la seconde. Dans ce contexte, la collecte du CCCA-BTP a été reconduite pour un an par le ministère du Travail.

actionclactionfp