NOMINATIONS. L'Académie des Beaux-Arts a élu, en séance plénière, deux architectes de renom, Marc Barani et Bernard Desmoulin. Ils occuperont des fauteuils de la section d'architecture précédemment attribués à Claude Parent (décédé en 2016) et Yves Boiret (disparu en 2018). Ces deux nominations seront soumises à l'approbation du chef de l'Etat, également protecteur de l'Académie.

Deux nouveaux architectes vont rejoindre l'Académie des Beaux-Arts : Marc Barani et Bernard Desmoulin, élus ce mercredi 14 novembre 2018 en séance plénière. La section d'architecture est actuellement composée de six membres : Roger Taillibert, Jacques Rougerie, Aymeric Zublena, Alain Charles Perrot, Dominique Perrault et Jean-Michel Wilmotte. Deux sièges restaient vides, depuis la disparition de Claude Parent (1923-2016) et d'Yves Boiret (1926-2018). L'élection de deux nouveaux membres sera soumise dans les prochains jours à l'approbation du Président de la République, en sa qualité de protecteur de l'Académie.

 

Des points communs : nécropoles azuréennes et médaillés de l'Académie d'architecture

 

Marc Barani a étudié l'architecture et la scénographie, avant de compléter sa formation par de l'anthropologie, notamment au Népal. En 1992, il reçoit sa première commande publique pour l'extension du cimetière de Roquebrune-Cap-Martin (qui abrite la tombe de Le Corbusier). En 2008, il est distingué pour la gare de tramway de Nice, toujours sur la Côte d'Azur et arrive en finale du prix Mies van der Rohe l'année suivante. L'architecte réalise en 2010 le pont Renault de l'île Seguin (Hauts-de-Seine) puis le pont Eric Tabarly à Nantes (Loire-Atlantique). En 2013, il décroche le Grand Prix national de l'architecture et reçoit, en 2018, la Grande Médaille d'or décernée par l'Académie d'architecture "qui salue son approche transversale de l'architecture, du paysage et de l'urbain associée à un sens scrupuleux du détail constructif". Entre 2015 et 2017, Marc Barani a participé à l'élaboration de la nouvelle Stratégie nationale pour l'architecture, tandis que son atelier, qui regroupe des profils pluridisciplinaires, travaille sur des projets d'équipements culturels, d'ouvrages d'art, de bâtiments d'enseignement, de bureaux et de logements.

 

Quant à Bernard Desmoulin, diplômé en 1981, il a étudié l'architecture à Paris avant de travailler à New York. Pensionnaire de la Villa Médicis à Rome en 1984-1985, il réalise lui aussi une nécropole sur la Côte d'Azur, à Fréjus, en 1993. L'Académie note que la plupart de ses réalisations se situent dans des sites remarquables avant de les lister : salle Pleyel et jardin de l'Eglise russe (Paris), musée Rodin et Louvre (Paris), Zona Rosa (Mexico), château de Versailles, abbayes de Cluny… "Entre architecture, muséographie et paysage, la commande l'a conduit à construire le musée de Sarrebourg et à restructurer celui des Arts décoratifs, dans l'aile de Marsan du palais du Louvre", résume l'institution. Intervenant souvent dans des contextes historiques, il créé pourtant des édifices neufs, comme le Nouvel Hôpital Lariboisière, la place Campichi (Ajaccio) ou le centre culturel de Chine à Paris. Enseignant à l'Ecole d'architecture Paris-Val de Seine et intervenant à Chaillot, il reçoit en 2000 la médaille d'argent de l'Académie d'architecture où il est élu titulaire trois ans plus tard. Lui aussi sera nominé au prix Mies van der Rohe, sans toutefois décrocher le titre.

actionclactionfp