RÉINVENTER PARIS. Derrière le bâtiment de proue en briques des Bains-douches Castagnary (15e arr.) pousse rapidement un immeuble neuf en bois. L'ensemble abritera à la fois des espaces de coworking et des appartements destinés à la colocation. De nouveaux modes de construction et d'usages expliqués par Romain Barret (Axitis), l'un des maîtres d'ouvrage, porteur du projet.

"C'est une histoire d'amitié avec les architectes de Red Architectes, qui est née après le Simi 2014", raconte Romain Barret, directeur général d'Axitis. Ensemble, le maître d'ouvrage et le maître d'œuvre se sont lancés dans l'aventure "Réinveter Paris", en candidatant pour la transformation d'un site du quinzième arrondissement de la capitale : celui des Bains-douches Castagnary. Il raconte la raison de ce choix précis : "Parce que c'était un site compliqué, avec un bâtiment particulier". En effet, le projet devait conserver le bâtiment de proue, en briques, qui date du milieu des années 1930, tout en proposant un programme neuf sur son arrière.

 

Romain Barret poursuit : "Notre projet Bains douches & Co ne souhaite pas remplir tous les mètres carrés du PLU". Dans les faits, ce bâtiment arrière sera dévolu à de la colocation, dont 30 % en logement social et 70 % revendus en bloc, tandis que l'édifice historique maintenu sera transformé en espaces de coworking. Cette programmation, atypique, semble donc orienter l'ensemble vers un public de jeunes actifs. D'autant que la construction en bois présentera une grande qualité environnementale. Le maître d'ouvrage explique : "Cette solution est écologique, elle diminue l'impact carbone et réduit le temps de construction à seulement deux mois !". Le chantier, dont la structure vient d'être achevée, est donc bien avancé, au point d'être le premier de "Réinventer Paris" à être visité par un élu parisien.

 

Découvrez les secrets du chantier en images dans les pages suivantes

actionclactionfp

Un cadre en bois pour souligner un coin en briques

Bains-douches Castagnary
Bains-douches Castagnary © Axitis
L'immeuble de logements en bois vient donc s'inscrire derrière le bâtiment de proue en briques, et en soulignera délicatement les contours, en jouant du contraste entre les matériaux et les volumes. Une façade végétalisée viendra égayer l'endroit et se prolongera au sol dans un jardin, qui s'intercalera entre les deux volumes. Le matériau bois sera recouvert, donc peu visible, à l'exception de certaines zones comme les plafonds. Les espaces communs (entrée, couloirs) seront également traités de façon naturelle.

Chantier rapide et chapes épaisses

Bains-douches Castagnary
Bains-douches Castagnary © Axitis
La solution constructive choisie a permis de faire pousser rapidement l'immeuble de logements, à raison d'un étage par semaine de montage. Soit seulement huit semaines de gros œuvre. Mais le béton n'a pas été oublié, puisque pour traiter les problématiques de sécurité et d'inertie thermique, des chapes importantes ont été coulées.

Un projet controversé ?

Bains-douches Castagnary
Bains-douches Castagnary © Red Architectes
Philippe Goujon, maire Les Républicains du 15e arrondissement, était initialement opposé à cette opération. Il explique, amusé : "Réinventer Paris c'est une initiative formidable avec des projets extra. Mais je ne souhaitais pas que les Bains-douches Castagnary en fassent partie. Nous avions commencé à créer quelque chose ici et nous souhaitions en faire un centre associatif culturel et sportif". L'élu de l'opposition admet avoir connu un moment de colère passager. "Mais tout s'est arrangé, je ne regrette rien", poursuit-il. "Et la réalisation est à la hauteur de nos espérances", déclare-t-il, satisfait du respect du patrimoine. "Le bâtiment était apprécié, donc nous ne souhaitions pas sa disparition". Avec la conservation de cette entrée, sur l'angle des rues, c'est tout le reste qui servira de cadre. Pour Philippe Goujon, l'idée de "co-living" est particulièrement intéressante dans un arrondissement qui devrait compter 40.000 étudiants en 2020 !

"Non, un projet qui s'est déroulé de façon exemplaire !"

Bains-douches Castagnary
Bains-douches Castagnary © Red Architectes
De son côté, Jean-Louis Missika, adjoint à l'urbanisme de la ville de Paris, se félicite également du choix de cette proposition formulée par Axitis et Red Architectes. "Le projet s'est déroulé de façon exemplaire, preuve que les petits promoteurs sont plus sympas que les gros", glisse-t-il. Pour lui, "Bains-douches & Co" est "emblématique de l'esprit de Réinventer Paris, en conservant et restaurant un bâtiment qui fait signal dans le quartier" tout en ajoutant "une construction en bois, respectueuse de l'environnement". L'ensemble rénové animera le voisinage grâce à l'activité tertiaire du coworking. Quant aux autres projets du concours parisien, ils sont en cours : Jean-Louis Missika assure que huit chantiers ont été lancés et que treize permis ont été déposés.

Fiche technique

Bains-douches Castagnary
Bains-douches Castagnary © Red Architectes
Opération : transformation des Bains-douches en espaces tertiaires et construction d'un immeuble de logements
Promoteur : Axitis
Maître d'œuvre : Red Architectes
Surfaces : 1.400 m² de logements, 350 m² de coworking
Elévation : R+8
Typologie : 17 logements totalisant 56 chambres (soit 5 par appartement)
Calendrier : candidature en janvier 2015, chantier en 2018, livraison en septembre 2019

Du bois apparent à l'intérieur

Bains-douches Castagnary
Bains-douches Castagnary © Axitis

Façade végétalisée

Bains-douches Castagnary
Bains-douches Castagnary © Red Architectes
Des plantes grimpantes seront installées sur des filets devant la façade des appartements. En plus d'ajouter une touche de vert, elles créeront de l'ombre et de la fraîcheur en été.

Toiture historique

Bains-douches Castagnary
Bains-douches Castagnary © Axitis
La charpente en béton du bâtiment historique des Bains-douches, qui date des années 1930, permettra de créer un espace de coworking à l'ambiance particulière au dernier étage.

Démolition sélective

Bains-douches Castagnary
Bains-douches Castagnary © Axitis
L'arrière du bâtiment historique a été raccourci et sera muni d'une façade vitrée sur toute sa hauteur, afin de bénéficier du mini-jardin établi entre les deux constructions.