CHANTIER. L'entreprise Saemes s'est lancée depuis 2019 dans la rénovation d'un parking quinquagénaire, qui va s'adapter aux nouvelles mobilités des usagers. Un chantier conséquent dont le site continue d'être exploité.

C'est un chantier sous-terrain de grande ampleur. Sous le grand boulevard Haussmann, près du musée Jacquemart André dans le VIIIème arrondissement de Paris, le parking souterrain Haussmann-Berri fait peau neuve. Avec ses 2.166 places de stationnement, réparties sur six niveaux, ce parc avait été livré en 1967. La ville de Paris a, depuis, attribué la reprise de l'exploitation à l'opérateur de stationnement Saemes en 2018, pour une douzaine d'années.

 

Mais 54 ans après la livraison du parc, fort est de constater que les normes réglementaires ont changé. L'entreprise a dû engager de nombreux travaux pour s'y adapter, notamment à celle d'accessibilité handicapés, comme aux nouveaux usages des Parisiens. Si la voiture est toujours plébiscitée, les habitants utilisent également des véhicules électriques, des deux-roues mais aussi… le vélo. Ainsi, de nouvelles zones, au niveau -1, abriteront 60 places de vélo, mais aussi 50 places VL électriques, 6 places pour l'auto-partage et 65 pour les motos, dont 18 réservées aux abonnés.

 

Saemes installera également 50 points de charge d'une puissance de 7 et 22 KVA. "Cette rénovation est l'occasion de mettre en place cette nouvelle mobilité", assure Ghislaine Geffroy, directrice générale de la Saemes, lors de la visite du chantier à laquelle Batiactu a pu assister. "Si l'on se rend compte, dans quelques années, que le besoin en vélo devient plus fort que la voiture, alors nous ferons évoluer l'exploitation."

 

Le second parking le plus long de Paris

 

Au total, 1.704 places sont prévues, soit presque 500 de moins qu'avant. Une décision qui s'explique par la volonté d'élargir les stationnements, pour des véhicules récents et plus imposants que dans les années 1960. Les 930 abonnés pourront disposer de stationnements aux niveaux les plus bas du parc. Long de 500 mètres, ce parking est le second le plus long de Paris, après celui de Foch.

 

Les travaux ont été engagés à l'été 2019 et devraient s'achever à l'automne prochain. L'opération de modernisation de cet ouvrage est estimée à 11 millions d'euros. "Le parc a été livré il y a un demi-siècle, alors nous avons dû nous adapter aux contraintes de ce parking existant", ajoute Hervé Grégoire, chargé d'opération qui pilote les travaux. "On a dû augmenter la sécurité du parc avec de nouvelles fonctionnalités, remettre en état la peinture et la quasi-totalité de la serrurerie." Le traitement des venues d'eaux a également été mené, tout comme la révision de l'étanchéité de l'ouvrage. L'installation de ventilation et du compartimentage a dû être reprise en intégralité.

 

Renouvellement de l'installation électrique

 

L'enveloppe du parking, en béton armé, n'a pas été touchée. Les installations électriques doivent être mises en conformité, et l'entreprise doit également remplacer les anciens luminaires par de l'éclairage LED. La signalétique sera revue, et les places de stationnement élargies, passant de 2 m à 2,30 m. "Les voitures ont grossi ces quarante dernières années, c'est pourquoi on a changé le marquage", informe Ghislaine Geffroy. Le nouveau parc comportera cinq ascenseurs, ainsi que 190 caméras. Il a fallu également imaginer un système de pompage, en cas de crue.

 

"En termes d'organisation, les travaux sont compliqués. Un sixième du parc est continuellement en travaux, tandis que le reste est sous exploitation", révèle le chargé d'opération. "La plus grande difficulté, c'est la construction du puits blindé qui traverse les six niveaux. Il s'étire sur vingt mètres de profondeur pour que nous y installions un nouvel ascenseur. Mais il faut faire attention à la nappe phréatique qui se situe au niveau -5, mais aussi à l'ouvrage du RER sous le niveau -6 et à la présence de réseaux de concessionnaires à dévoyer." Travailler par niveau coûte plus cher et prend plus de temps, assure le représentant.

 

Le parking Haussmann-Berri est l'un des plus gros chantiers actuels de Saemes, attestent les représentants de la société. "Nous prévoyons de créer un nouveau local d'exploitation au niveau -1", indique Hervé Grégoire, informant que l'entreprise compte conserver la station essence déjà présente, exploitée par Avia. Une nouvelle boutique de vente sera créée pour celle-ci. Une consultation sera organisée cet été pour déterminer le futur exploitant de la station essence, avec un démarrage contractuel prévu en fin d'année.

 

Le parking Haussmann-Berri de Saemes, c'est…

 

225 m3 de béton et 28 tonnes d'acier.

 

Un investissement total de 11 millions d'euros HT.

 

Une durée des travaux estimée à 2 ans et demi.

 

L'implication de 17 corps de métier (gros œuvre, maçonnerie, maçonnerie, plomberie, métallerie, menuiserie, peinture, ventilation-désenfumage, sprinkler, électricité…).

 

Une maîtrise d'œuvre par Saemes, l'agence Carbonnet Architectes LA/BA et le bureau d'études techniques NR Conseil.

actionclactionfp