Construite dans les années 30, l'ambassade de France en Serbie était soumise à de forte variation de températures dont se plaignaient les ambassadeurs successifs. La rénovation énergétique du bâtiment, réalisée entre 2014 et 2015 a permis de gagner en confort et en économie d'énergie. Détails.

La rénovation énergétique de l'ambassade de France en Serbie était très attendue par les occupants de ce bâtiment au style Art-Deco. Construite par l'architecte Roger-Henri expert entre 1928 et 1932, l'ambassade était en effet soumise à de très fortes variations de température. Et, pendant des décennies, les ambassadeurs successifs se plaignaient des conditions thermiques extrêmes à l'intérieur du bâtiment. Par exemple, "la température du bureau de l'ambassadeur ne dépassait guère les 14° à 16°C l'hiver", explique l'architecte Rémi Desalbres de l'agence Arc & Sites architectes du patrimoine, mandataire de la maîtrise d'oeuvre. Des conditions également difficiles en été lorsque les thermomètres de l'ambassade affichaient fréquemment des températures intérieures supérieures à 30°C, rendant inutilisables des salles de réception exposées au Sud.

 

En 2014, une mission de maîtrise d'oeuvre pour entreprendre ses travaux de rénovation sur le bâti existant a été confiée énergétique du bâtiment, confiée à l'agence Arc & Sites architectes du patrimoine et au bureau d'études thermiques IMAEE. Un diagnostic architectural et technique a tout d'abord été mené. Afin de localiser les déperditions thermiques des parois et de reconnaître le système constructif du bâtiment (structures de plancher, anciens conduits et gaines techniques et enveloppe notamment), une thermographie infrarouge et une endoscopie ont été réalisées.

 

Une connaissance des lieux approfondies grâce aux plans d'exécution du chantier de 1930 retrouvés aux Archives nationales qui ont permis "de développer des solutions innovantes et intégrées", explique l'agence d'architecte.

 

=> Découvrez la suite de cette rénovation dans les pages suivantes.

actionclactionfp