RÉNOVATION. Après quatre ans de travaux, la gare Montparnasse a été inaugurée, le 24 septembre. Altarea et SNCF Gares & Connexions, qui a confié le projet au promoteur, ont voulu "faire entrer la lumière" et repensé l'offre commerciale. Les flux devraient également s'en trouver facilités.

Semaine agitée pour les gares parisiennes. Quelques jours à peine après l'annonce, par SNCF Gares & Connexions, de l'abandon du projet titanesque de rénovation-extension de la gare du Nord, au grand dam de Ceetrus, la foncière qui avait été désignée, sa concurrente Altarea inaugurait, le 24 septembre, la gare Montparnasse, après quatre ans de travaux. Ses 45.000 mètres carrés ont été rénovés, de nouveaux espaces, autrefois fermés au public, ont été ouvert, et la foncière a repensé l'offre commerciale, désormais constituée de 122 boutiques. Une transformation menée avec une équipe de maîtrise d'œuvre constituée d'Arep, l'agence de la SNCF, mais aussi les designers de Jouin Manku, ou encore Builders & Partners et SLA Architecture.

 

"Chaque gare est unique", a indiqué Marlène Dolveck, directrice générale de SNCF Gares & Connexions, à la centaine d'invités triés sur le volet, réunis dans le hall Vasarely, le hall principal de la gare, baigné de lumière naturelle suite à la réfection des verrières. "Faire des gares accueillantes et donner envie aux clients de prendre le train, c'est notre métier", a-t-elle expliqué, pointant que la gare de l'Est rénovée - par Altarea, également - "recueille une excellente satisfaction client" lors des enquêtes.

 

Ludovic Castillo, président d'Altarea Commerce, s'est plu à rappeler que cette rénovation complète et cette augmentation des capacités - de flux, de places assises, d'espaces d'attente - s'était faite "sans extension" de la gare, qui est restée dans son enveloppe. Pour autant, le quartier de gare est également en pleine métamorphose : la Tour Montparnasse, les Ateliers Gaîté ou le haut de la rue Rennes vont connaître de profonds changements au cours de ces prochaines années.

 

Une verrière en coussins gonflables

 

La nouvelle architecture de Paris-Montparnasse favorise l'éclairage naturel de la gare, grâce notamment à la rénovation complète de la verrière du Hall principal. En remplacement des panneaux de plastique transparent, jaunis par le temps, les maîtres d'ouvrage ont choisi de poser des coussins gonflables transparents plutôt que du verre. La raison : les poutres de béton ne pouvaient supporter le poids d'une verrière classique. Une luminosité accentuée par le remplacement de la passerelle en béton par un ouvrage en métal et verre, apportant une plus grande légèreté à l'ensemble du hall principal.

 

La rénovation avait également pour objectif de simplifier le parcours des 77 millions de voyageurs annuels ("et, demain, 90 millions"), depuis le métro jusqu'aux quais. Pour un cheminement plus fluide et plus intuitif, le quai transversal a été épuré, la signalétique a été repensée, les services en gare ont été réorganisés pour les rendre plus accessibles. Les flux de voyageurs ont également été réagencés pour éviter les croisements au moment des pics d'affluence.
Les espaces d'attentes et de convivialité (avec 600 places assises créées dans les espaces publics et 600 autres sur les terrasses des commerces et restaurants) bénéficient "d'une meilleure acoustique et d'un plus grand confort thermique".

 

Commerces, coworking, centre de santé…

 

L'implantation des commerces a été pensée, affirme Altarea, pour "répondre à toutes les typologies de visiteurs", grands voyageurs comme usagers du transilien, ainsi qu'aux habitants du quartier. Assez logiquement dans le cas d'une gare, la restauration occupe 40% de l'offre commerciale. Le reste est constitué de boutiques mais pas seulement : la foncière a souhaité "intégrer les nouveaux usages et services qui rythment le quotidien des voyageurs mais aussi des riverains et actifs du quartier" avec un centre d'affaires et de coworking, ainsi qu'un pôle de santé avec une trentaine de praticiens, des opticiens, un laboratoire d'analyses, et une pharmacie. Si le centre de santé est une "demande de la mairie du 15e arrondissement", a précisé Ludovic Castillo, cela correspond selon lui aux nouveaux usages d'une gare.

actionclactionfp