LANCEMENT. La ministre du Logement et celle de l'Environnement ont signé avec l'Ademe, l'Association des Régions de France et les acteurs de la filière bois, une Alliance Nationale pour favoriser l'utilisation de ce matériau dans la construction et la rénovation. Elle s'inscrit à la fois dans la Stratégie Nationale Bas Carbone et dans l'initiative E+C-.

La construction bois bénéficie d'une nouvelle impulsion avec la naissance de l'Alliance Nationale Bois Construction Rénovation, qui vient d'être lancée par Emmanuelle Cosse et Ségolène Royal, ce jeudi 9 mars 2017. Les ministères du Logement et de l'Environnement, précisent qu'il s'agit d'une "initiative volontaire et partenariale" qui s'adresse à l'ensemble des maîtres d'ouvrages publics et privés, bailleurs sociaux, maîtres d'œuvres, opérateurs, collectivités territoriales ainsi qu'aux prescripteurs du bâtiment. Le but sera de diffuser des informations sur l'usage du bois dans la construction et son intérêt, afin d'inciter les décideurs à s'engager sur cette voie et augmenter la part de matériau renouvelable dans les ouvrages publics notamment.

 

L'Alliance cofinancera une étude prospective afin d'évaluer la demande de bois dans la construction pour la prochaine décennie, afin de mieux orienter toute la filière. Elle permettra à la France de respecter ses engagements en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre, inscrits dans la Stratégie nationale bas carbone et la loi de Transition énergétique pour la croissance verte. Les ministères soulignent que le bois permet de stocker du carbone et qu'il s'agit d'une ressource abondante sur le territoire national, le plaçant ainsi en tête des solutions de construction et de rénovation pour l'avenir. Ils énumèrent d'autres avantages : économie d'eau et d'énergie, rapidité de réalisation des chantiers, nuisances limitées pour les riverains, approche de préfabrication à intégration facilitée, confort de vie et qualité des intérieurs…

 

Des IGH bois et une étude sur les COV

 

"En fédérant l'ensemble des acteurs de la filière, l'Alliance permettra une meilleure diffusion des bonnes pratiques de l'utilisation du bois dans la construction", espèrent les deux ministères. La filière Forêt-Bois permet, selon les estimations, de compenser 20 % des émissions nationales de CO2, qu'il s'agisse de fixation du carbone par les végétaux en croissance ou de la substitution du bois aux énergies fossiles émettrices de gaz à effet de serre. Cette filière, reconnue comme étant "d'avenir", dispose d'un comité stratégique depuis 2013 et d'un contrat Etat-filière depuis décembre 2014. La nomination, en mai 2015, de Sylvie Alexandre, déléguée interministérielle à la Forêt et au bois, "a permis de renforcer et d'accélérer la synergie des acteurs". Elle est, entre autres, chargée d'accompagner le plan sur les immeubles de grande hauteur en bois, qui doivent être bâtis sur 24 sites de l'Hexagone. Elle veille également à l'application du plan "Bois-Construction" dont la deuxième période se termine cette année. Il est prévu que la troisième (2017-2020) soit centrée sur la levée des freins culturels encore existants en France, par l'accompagnement des maîtres d'ouvrage ou l'édition de guides référentiels. Un second volet portera sur la qualité de l'air intérieur, et les émissions de composés organiques volatils (COV) et formaldéhyde dans les ouvrages bois.

actionclactionfp