REPORTAGE. La commune varoise a réinventé une ancienne antenne de la Banque de France en musée honorant la Provence. Batiactu a visité ce nouveau site culturel dont le patrimoine a été restauré et magnifié.

En cette matinée du mois de décembre, le soleil fait ressortir le blanc cassé de la façade du nouveau musée des Cultures et du Paysage. Au cœur de la commune de Hyères, dans le Var, l'ancienne Banque de France se mue en un lieu culturel représentatif de la Provence. Le bâtiment d'inspiration néoclassique a subi une profonde transformation durant plusieurs années jusqu'à l'inauguration du musée ce mois-ci. Une grande partie du lieu en pierre enduit à la chaux a été conservé pour être magnifié.

 

La Ville de 60.000 habitants a acquis l'antenne de la Banque de France en 2004, un an après sa fermeture. De nombreuses années sont passées avant que la municipalité décide, en 2016, de valoriser le lieu pour en faire un musée accessible à tous, tout en respectant le patrimoine architectural existant. "L'enjeu était de respecter l'esprit du lieu tout en créant des nouveaux espaces muséographiques", explique l'édile de Hyères, Jean-Pierre Giran, lors de la visite du musée à laquelle Batiactu était convié. D'une superficie totale de 2.188 m², le musée est réparti sur trois niveaux et propose différentes collections d'œuvres étalées sur deux millénaires.

 

Des milliers d'œuvres de l'Antiquité à nos jours

 

Construit en 1883, le bâtiment a obtenu le label "Musée de France". "Nous sommes donc soumis à certaines contraintes comme le fait d'avoir un service de médiation et de conservation", précise Jean-Pierre Giran. "Taxidermie, archéologie locale, photographies contemporaines, le musée regorge d'œuvres et de courants artistiques", continue-t-il, précisant que le lieu compte, notamment dans ses réserves, plus de 8.000 pièces de différentes disciplines (beaux-arts, sciences naturelles, ethnographies, archéologie…). "Hyères est une ville d'Histoire", rappelle le maire, citant des époques marquantes pour la ville, de l'Antiquité et ses vestiges grecs et romains disséminés sur le territoire de la commune, jusqu'au Moyen Âge. "C'est une ville singulière avec une Histoire et un environnement exceptionnels, il fallait donc que ce musée soit révélateur de ses racines."

 

Dans la première ville touristique du Var, la priorité de la municipalité est de restaurer le patrimoine de la commune. "Ce musée, inscrit aux Monuments historiques, est une transformation lourde", indique le maire. Les travaux qui ont coûté un peu moins de six millions d'euros ont été menés sous la houlette de l'architecte en chef des Monuments historiques Alain-Charles Perrot, qui a dirigé des chantiers de restauration d'édifices culturels d'ampleur comme l'opéra Garnier ou le Grand Palais. L'agence Prospective et Patrimoine et l'architecte Bruno Donzet ont quant à eux suivi les travaux de réalisation.

 

Musée cultures et paysages hyères banque France
Salle exposition "Face au soleil". © Service Communication, ville d'Hyères - TC

 

De nombreux éléments architecturaux préservés

 

Des éléments ont été conservés tels que la structure du bâtiment, les décors et des détails architecturaux. Les menuiseries et la ferronnerie sont préservées et restaurées selon le style de l'époque. Côté rue, la façade a été nettoyée et la toiture refaite à neuf. À l'arrière, d'immenses baies vitrées sont érigées entre le sous-sol et le rez-de-chaussée pour marquer l'ouverture de la Banque.

 

Des hauts plafonds et des escaliers d'origine en bois et rampes en acier caractérisent ce bâtiment aux balcons ciselés. Par endroits, des vitraux colorés dynamisent le bâtiment classique. Le marbre créma marfil a été dépoli pour être retravaillé. Les murs et planchers ont été renforcés et les combles isolés. "Le bâtiment est sain, nous n'avons jamais rencontré de problèmes d'humidité durant les travaux", note Floriane Montenay, l'architecte d'Etat à la Ville et maître d'ouvrage sur ce projet.

 

Musée cultures et paysages hyères banque France
Une photographie d'archives de la Banque de France de Hyères, en 1925. © Fonds de La Banque, musée des Cultures et du Pays

 

Au rez-de-chaussée, les visiteurs retrouvent un grand hall d'entrée, un espace d'accueil et d'exposition et une boutique (anciennement le bureau du directeur). Autrefois, la Banque de France accueillait le public et les bureaux. Les faux plafonds ont été retirés pour retrouver l'envergure d'antan au hall d'exposition principal. Les cimaises possèdent différentes configurations et ont été étudiées pour répondre aux demandes variées des expositions temporaires. Pour rendre l'accès possible à tous, des ascenseurs ont été ajoutés. Les visiteurs découvrent également la caisse auxiliaire, une salle qui servait à stocker les billets et chèques. Conservée en l'état, la pièce va devenir un centre de documentation. Les serrures et planchers ont été restaurés pour redonner de la grandeur à l'espace.

 

Musée cultures et paysages hyères banque France
L'une des salles d'expositions permanentes du musée de Hyères. © Service Communication, ville d'Hyères - TC

 

Un jardin méditerranéen en son sein

 

Au premier étage, un parcours permanent présente environ 200 œuvres des collections de la Ville afin d'illustrer le paysage et l'Histoire de Hyères sur deux millénaires. "Nous avons rajouté une extension sur la terrasse sud et avons créé une ombrière sous forme de verrière", ajoute l'architecte de la Ville.

 

Au sous-sol, les anciennes salles des coffres de la Banque ont été conservées en l'état. Elles servent aujourd'hui d'extension aux expositions mais aussi de lieu de documentation, d'archivage et numérique. "Nous avons gardé les faïences murales et avons ajouté un sol en terrazzo, ainsi que des faux plafonds pour faire passer des luminaires", décrit Floriane Montenay. La nuance de vert "Banque de France" présente sur les coffres a été répliquée sur la porte de la pièce.

 

Musée cultures et paysages hyères banque France
La salle des coffres de la Banque de France de Hyères en 2018. © Service Communication ville d'Hyères

 

Le jardin, anciennement à la française, a été dessiné à l'époque par l'architecte hyérois Léon David. "Il contient des plantes endémiques de différents paysages, du bord de mer aux collines. Trône au centre du jardin Le monument au chat, une sculpture d'Oscar Dominguez", décrit l'adjoint chargé de la culture et de l'aménagement du territoire, François Carrassan. "Si le jardin était déjà présent, nous avons permis un accès depuis l'intérieur du musée. Nous sommes également attentifs aux espèces présentes dans ce jardin méditerranéen", ajoute l'élu.

 

Des travaux bouleversés par le Covid et la crise des pénuries

 

La Ville s'est attachée à s'entourer d'entreprises locales pour cette réhabilitation. Le musée a cependant mis du temps à voir le jour, se heurtant à de nombreuses difficultés. L'entreprise chargée des lots doublage, cloisons, faux plafonds, peintures et revêtements de sol a été en liquidation judiciaire. "Le chantier a été dans l'obligation de fermer en décembre 2019 pour permettre de relancer les marchés publics pour ces lots", raconte Floriane Montenay. Puis la pandémie a déferlé, obligeant les travaux à être suspendus de nouveau. Le chantier a pu redémarrer en octobre 2020 mais a connu, quelques mois plus tard, la crise des pénuries de matières premières. "Les délais pour les métaux ferreux et les revêtements de sol ont été rallongés." Le musée a finalement pu ouvrir à l'automne et dévoiler aux premiers visiteurs son exposition temporaire inaugurale "Face au soleil".

 

L'agence parisienne La Fabrique créative a mené une mission de conseil sur l'aménagement permanent et de création pour l'exposition temporaire. Celle-ci se tiendra jusqu'au 27 mars 2022 et montre comment la lumière du Sud a changé le regard des artistes. Près de 70 œuvres de peintres sont exposées à Hyères, dont celles de Picasso, Renoir ou Signac. La Ville a fait appel en 2017 à l'historien de l'art Dominique Lobstein pour imaginer cette exposition, qui retrace une période s'étendant de 1850 à 1950. "Les retards de travaux ont fait que nous n'avons pas pu garder des œuvres que d'autres musées nous avaient prêtées, il a donc fallu en remplacer certaines", raconte le commissaire, qui a obtenu des prêts du Louvre, du musée d'Orsay et du Centre Pompidou. "La Provence est représentée en bord de mer, en lavandières ou en Eden, comme dans le tableau de Paul Flandrin." Un hommage au Sud de la France décliné en couleurs vives.

 

Musée cultures et paysages hyères banque France
Vues de la Banque, musée des Cultures et du Paysage et de son jardin. © Service Communication ville d'Hyères

actionclactionfp