PATRIMOINE. Les travaux de la célèbre basilique catalane avancent. Les habitants de Barcelone célébreront ce soir l'inauguration de la nouvelle tour de l'édifice, conçu par Gaudí.

Elle est gigantesque, iconique et inachevée mais fait rêver les visiteurs du monde entier. La basilique de la Sagrada Familia, à Barcelone, se pare d'une nouvelle tour. Intitulée "Vierge Marie", cette structure haute de 138 mètres est couronnée d'une grande étoile de verre et d'acier inoxydable de plus de 5 tonnes. Cela en fera la seconde plus haute tour de l'édifice, une fois terminé. L'inauguration de la structure a lieu à 19H40 ce mercredi 8 décembre, jour de l'Immaculée Conception, une journée fériée en Espagne.

 

Neuvième tour de l'ouvrage

 

C'est la première tour à être inaugurée en plus de quarante ans, et la neuvième de l'édifice. Imaginé par l'architecte Antoni Gaudí, figure de l'art nouveau, le monument emblématique de la ville doit comporter au total 18 tours. Le chantier a été mené par l'architecte en chef, Jordi Faulí, le septième depuis le lancement des travaux par Gaudí. "J'aimerais être ici pendant de nombreuses années encore, bien sûr, mais je m'en remets à Dieu", confie dans une grimace timide ce Barcelonais, né près de la célèbre basilique, où il a commencé à travailler en 1990. Il avait à l'époque 31 ans, le même âge que le créateur de la basilique lorsqu'il a commencé la construction de cet ouvrage monumental. "Quand je suis arrivé, seules trois de ces colonnes étaient construites, et seulement les dix premiers mètres", explique à l'AFP Jordi Faulí, en désignant plusieurs piliers de pierre depuis un grenier de la nef principale. "J'ai eu la chance de planifier et de voir construit tout l'intérieur, puis la sacristie, et maintenant les tours centrales."

 

Le site était le plus visité de la ville en 2019. Cette année-là, la Sagrada Familia avait obtenu un permis de construire, après 137 années de travaux réalisés dans l'illégalité. Antoni Gaudí avait déposé en 1885 une demande d'autorisation à la mairie de Sant Marti, un village devenu aujourd'hui un quartier de Barcelone, mais sa demande était restée sans réponse.

 

L'actuel permis de construire court jusqu'en 2026, date à laquelle les travaux devraient être achevés. Or, la crise sanitaire du Covid-19 a ralenti les chantiers et la suite des travaux reste incertaine. "Nous ne pouvons donner aucune estimation, car nous ne savons pas à quel niveau les visites vont reprendre dans les années à venir", ajoute l'architecte en chef. La basilique dépend uniquement des dons privés et des entrées payantes des visiteurs. Or, elle a dû être fermée deux fois au public à cause de la pandémie, soit presque une année de fermeture depuis mars 2020. Les visites ne devraient pas retrouver leur niveau d'avant-crise avant la fin 2023, a estimé la fondation en charge des travaux.

 

Un chantier marqué par plusieurs difficultés

 

La basilique a déjà été secouée par des crises. Celle de la Guerre civile espagnole, entre 1936 et 1939, a entraîné la disparition dans un incendie d'une grande partie des plans et maquettes laissés par Gaudí. Certains considèrent que les éléments récents ne peuvent être associés à l'œuvre de l'architecte catalan. L'Unesco ne compte d'ailleurs que la façade de la Nativité et la crypte de la basilique, érigées du vivant de Gaudí, dans son patrimoine mondial.

 

Gaudí "a clairement dessiné la disposition des différents éléments des nefs (...), des voûtes, des tours" et proposé "que ces règles géométriques, cette grammaire qu'il a laissées dans ses modèles puissent être reproduites", répond Faulí, qui juge que l'édifice actuel est fidèle au projet d'origine. Il a été nommé architecte en chef en 2012 et avait pour responsabilité de diriger une équipe de 27 architectes et plus de 100 ouvriers. Aujourd'hui, seuls cinq architectes et 16 ouvriers travaillent sur le chantier.

actionclactionfp