ÉNERGIE. La France a produit 138 millions de tonnes d'équivalent pétrole en 2018, un chiffre en hausse de 4,6% par rapport à 2017, et en a consommé 252,4 millions de tonnes (+0,2%). Le secteur industriel, qui englobe notamment la construction, a augmenté sa consommation de 1,9%, pour atteindre 27,3 millions de tonnes.

La France consomme un peu plus d'énergie, mais elle en produit aussi nettement plus. L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié en ce début d'année 2020 le bilan énergétique de l'Hexagone arrêté à 2018, et il en ressort que la production d'énergie primaire du pays a atteint les 138 millions de tonnes d'équivalent pétrole (Mtep) il y a deux ans, soit une hausse de 4,6% par rapport à 2017. Dans le détail, les importations énergétiques se sont chiffrées à 152,8 Mtep, en recul de 2,8%, alors que les exportations ont progressé de 3,6%, atteignant un solde négatif de -33,3 Mtep. Une situation qui permet à la France d'afficher un taux d'indépendance énergétique de 55,4% en 2018, en hausse de 5,1% en comparaison à 2017 (52,8%). Rappelons à ce sujet que l'Hexagone, fort de son système de production énergétique, est souvent positionné par les spécialistes à la seconde place des plus gros exportateurs mondiaux : d'après les données de RTE (Réseau de transport d'électricité), la France produit très souvent plus qu'elle ne consomme, grâce notamment à son parc nucléaire, et peut ainsi exporter plusieurs milliers de mégawatts en direction de ses voisins européens. Ce 10 janvier vers midi, le gestionnaire indique par exemple que la production nationale atteint 74.888 MW (66% provenant du nucléaire), pour une consommation de 69.816 MW, permettant donc l'exportation de 5.064 MW.

 

Sur le plan de la consommation, l'Insee fournit d'autres précisions : le secteur de l'énergie a lui-même employé 96,3 Mtep en 2018, un chiffre en hausse de 2% sur un an. Mais la consommation énergétique finale du pays s'est élevée à 142,9 Mtep il y a deux ans, contre 143,3 Mtep en 2017, soit une très timide diminution de 0,3%. Par secteurs d'activité, on apprend en outre que l'industrie, à laquelle est rattachée la construction, a consommé 27,3 Mtep en 2018, ce qui correspond à une hausse de 1,9% par rapport à 2017 (26,7 Mtep). Les secteurs du résidentiel et du tertiaire, regroupés au sein de la même catégorie, ont quant à eux utilisé 63,2 Mtep en 2018, soit une baisse de 1,9% (64,4 Mtep). Enfin, les transports ont consommé 45,3 Mtep en 2018, ce qui représente 1,8% de moins qu'un an auparavant. D'après l'Insee, la consommation totale d'énergie primaire de la France s'est donc chiffrée à 252,4 Mtep en 2018, en très légère augmentation de 0,2% en comparaison à 2017, où elle s'élevait à 251,9 Mtep.

actionclactionfp