ALERTE. Les responsables du régime social des indépendants (RSI), appelé à disparaître au 1er janvier 2018, alertent les pouvoirs publics sur le projet de réforme qui est mis en oeuvre. Et menacent de ne plus collaborer avec le Gouvernement.

"Le gouvernement nous prépare une usine à gaz. Nous nous devons d'alerter, par tous les moyens." C'est Louis Grassi, président du RSI, qui l'affirme, à propos du futur adossement du régime social des indépendants au régime général. Pour ce faire, le 15 septembre, plusieurs présidents des caisses régionales du RSI se sont réunis au siège de l'organisme, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Leur objectif : "alerter sur les risques que pourrait engendrer l'intégration programmée des travailleurs indépendants au régime général", peut-on lire dans un communiqué de presse daté du même jour.

 

Le Gouvernement a en effet annoncé que le RSI disparaîtrait le 1er janvier 2018 en étant relié au régime général. Depuis, les responsables de l'organisme ont plusieurs fois fait savoir leur inquiétude à propos des possibles conséquences de cette réforme. Récemment, Bernard Delran, vice-président du RSI, a même expliqué à Batiactu qu'il s'agissait d'un "écran de fumée".

 

Les Indépendants doivent garder une "organisation dédiée"

 

Le RSI a signale également que son président, Louis Grassi, est en contact avec les acteurs de la réforme et "notamment la mission pilotée par Dominique Giorgi", alors que "se finalise la rédaction du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018". Pour rappel, la mission de M. Giorgi consiste à définir les contours du prochain dispositif de couverture des indépendants.

 

"Nous devons être non seulement écoutés mais entendus", explique Louis Grassi. "La spécificité des travailleurs indépendants sur l'ensemble des risques, prestations, retraite et recouvrement doit impérativement perdurer à travers une organisation dédiée. Nier les conséquences de cette réforme brutale tendant à l'étatisation de la protection sociale des travailleurs indépendants aura des conséquences catastrophiques pour la gestion des entreprises indépendantes."

 

Le Conseil d'administration du RSI se réunira une nouvelle fois, le 3 octobre, pour émettre un avis sur le PLFSS pour 2018. "Cette réunion est également l'occasion d'arrêter de nouveaux moyens d'actions voire de cesser toute collaboration avec le Gouvernement", menace même l'organisme dans son communiqué de presse.
actionclactionfp