PROJET. l'architecte Jean-Michel Wilmotte, fondateur de l'agence éponyme, et ses équipes donneront naissance à ce bâtiment de 10.000 mètres carrés, ont annoncé la Réunion des musées nationaux-Grand Palais et Paris 2024, dans un communiqué diffusé ce jeudi 10 octobre.

Le concepteur du futur Grand Palais Ephémère est désormais connu. Ce sont Jean-Michel Wilmotte, fondateur de l'agence d'architectes éponyme, et ses équipes qui porteront sur les fonts baptismaux ce bâtiment de 10.000 mètres carrés, ont annoncé la Réunion des musées nationaux-Grand Palais et Paris 2024, dans un communiqué diffusé ce jeudi 10 octobre. Comme son nom l'indique, le Grand Palais éphémère sera un ouvrage provisoire, destiné à accueillir, durant la rénovation du Grand Palais prévue de 2020 à 2024, la FIAC, le Saut Hermes, les défilés de la maison de couture Chanel et autres événements artistiques et sportifs qui se déroulent habituellement dans la nef du monument situé avenue du général Eisenhower, dans le 8ème arrondissement de Paris.

 

Le Grand Palais éphémère, lui, prendra place sur le plateau Joffre du Champ-de-Mars. "Réactivant" ainsi "la place (que ce site) a tenue lors des grandes Expositions Universelles du XIXème et du début du XXème siècle", explique la Rmn-Grand Palais. Celle-ci et Paris 2024 ont par ailleurs voulu faire du Grand Palais éphémère un projet respectueux de l'environnement. Le profil des arches structurelles fonctionnant en compression permet par exemple de minimiser la masse de bois utilisée. Les dépenses énergétiques seront, quant à elles, limitées grâce à une double peau possédant des vertus thermiques, de ventilation et acoustiques.

 

Un coût de 40 millions d'euros


Une dernière caractéristique particulièrement importante pour les riverains. Des riverains avec lesquels la ville de Paris, la mairie du 7ème arrondissement, la Rmn-Grand Palais et Paris 2024 poursuivront leurs échanges durant les phases d'étude, de montage - prévue entre l'été et la fin 2020 - et d'exploitation du Grand Palais Ephémère, jusqu'à son démontage, à l'automne 2024.

 

L'ensemble du projet coûtera 40 millions d'euros. Un montant "entièrement" financé par les revenus de location perçus par la Rmn-Grand Palais, et par les apports du comité d'organisation des JO Paris 2024, assure le communiqué.

actionclactionfp