Tout juste l'expérimentation de l'apprentissage longue durée au sein des différents pays de l'Union européenne est-elle lancée que déjà sa reconduction vient d'être annoncée. Détails.

Depuis la rentrée de septembre, l'expérimentation soutenue par la Commission européenne permet à 145 jeunes apprentis de partir se former dans un autre pays de l'UE pendant 6 à 12 mois consécutif, et non plus seulement quelques semaines. Cette initiative, défendue par le Président de la Commission des Budgets du Parlement européen, Jean Arthuis, sera poursuivie en 2017, annonce Euro App' (european Apprenticeship Programme). Elle sera même renforcée, explique l'association, présidée par Antoine Godbert : "grâce à la ténacité de Jean Arthuis, 2,5 millions d'euros seront dédiés dès l'an prochain à ce projet particulier, auxquels s'ajouteront les bourses Erasmus pour financer la mobilité en tant que telle".

 

Début septembre, les Compagnons du Devoir et du Tour de France ainsi que les centres de formations du consortium (créé en juillet 2016) se sont réjouis que la Commission européenne "accorde un financement de 782.000 euros, soit 85% du coût de leur projet".

 

Analyser tous les obstacles

 

Alors que l'expérimentation est tout juste lancée, l'association Euro App' indique que déjà deux enseignements peuvent en être tirés. Tout d'abord, cet essai "va mettre l'Erasmus de l'apprentissage sur de bons rails". Le second point soulève la question délicate de la rigidité des cadres de l'administration européenne qui "a découragé plusieurs candidats potentiels", précise l'association. Elle ajoute : "Rebutés par la complexité des procédures, plus d'une soixantaine de centres de formation ne sont pas allés jusqu'au bout de l'appel à projets instauré par la Commission européenne".

 

Confiant, Antoine Godbert rappelle enfin que ce test "permettra d'analyser tous les obstacles juridiques, culturels, sociologiques voire politiques et financiers qui s'opposent à cette évolution souhaitable".

actionclactionfp