Pour le façadier Michel Lissandre de chez PicPartner,"la pose est aussi simple que celle d'une ampoule !". Il explique : "Nous avons des fils qui passent et alimentent chaque vitrage. Des boîtiers de connexion ont été placées sous la dalle, et c'est à partir d'une armoire que tout est piloté." Et de poursuivre : "Le plus important est de bien câbler les fils aux bons endroits dans les boîtiers de connexion." En bref, les boîtiers sont alimentés par des fils électriques qui sont reliés à l'armoire de connexion pilotée par informatique. Si ce type de vitrage est séduisant, l'ensemble des bureaux n'a pas pu en être équipé car son prix reste élevé, environ 30% plus cher que les autres solutions. Ce sont donc trois autres types de vitrages qui ont été choisis selon les besoins et les expositions. Désormais, fini les rideaux tirés ! Mieux, les salariés se sont appropriés la lumière : "J'utilise la commande manuelle pour gérer à ma convenance, c'est rapide : en 5-10 min, j'ai la teinte adéquate", confie Julien Pezzet, data analyst. "Si on avait des stores, ils seraient toujours fermés. Là, nous avons une lumière progressive, plutôt douce." Un exemple de technicité au service de la créativité.

actioncl