Après Brest, Paris ? Un téléphérique pourrait bientôt relier les gares de Lyon et d'Austerlitz au-dessus de la Seine. Un amendement a été déposé ce lundi 29 juin au Conseil de Paris pour qu'une étude de faisabilité technique et financière soit engagée avant la fin de l'année. Précisions.

Alors qu'un commissaire-enquêteur vient de rendre ces jours-ci, un avis favorable au projet du téléphérique de Brest pour une mise en service prévue en juillet 2016, ce nouveau mode de transport interpelle aussi Paris. Dans le cadre du budget supplémentaire du Conseil de Paris, débattu ce lundi 29 juin, le groupe radical de gauche, centre et indépendant (PRG-CI) a fait adopter un amendement pour qu'une étude de faisabilité technique et financière soit engagée avant la fin de l'année sur un "projet de liaison aérienne" entre les gares de Lyon (12ème ) et d'Austerlitz (13ème).

 

L'objectif est ambitieux : relier les deux rives de la Seine en passant au-dessus du Pont-Charles-de-Gaulle. "Ce nouveau mode de transport faciliterait les déplacements d'une gare à l'autre tout en offrant un véritable spectacle pour les touristes", souligne dans Le Parisien, Jean-Bernard Bros, conseiller de Paris et président du groupe PRG-CI.

Vers des travaux en 2016 ?

Dans cet amendement déposé, il est indiqué que les travaux pourraient être engagés au plus tard en décembre 2016, souligne l'élu. En revanche, la mairie interrogée par Batiactu ce mardi 30 juin se montre plus mesurée : "C'est un projet qui sera étudié, et c'est justement son étude qui permettra de démontrer s'il est viable et avec un meilleur rapport coût et qualité de service que les alternatives envisageables."

 

De son côté, la RATP étudie de près la faisabilité du dossier, d'autant plus qu'elle a lancé début juin un partenariat de recherche et développement avec le groupe Eiffage et le spécialiste du transport par câbles Poma, ainsi que d'autres structures de recherches telles que la Sorbonne et les écoles d'ingénieurs Ensta et Centrale Lyon. "Intitulé I2TC, ce projet vise à adapter ce type de transport habituellement utilisé en montagne aux contraintes et besoins des villes modernes", soulignait-elle dans un communiqué.

 

Dotée de 4,3 millions d'euros, cette collaboration devrait à terme renforcer les compétences de la régie parisienne et de ses partenaires pour répondre aux appels d'offres concernant des projets de téléphériques urbains sur le territoire national, mais aussi à l'international.

 

Ce nouveau mode de transport urbain, adopté en France à Brest pourrait donc également être dupliqué à Paris mais pas seulement : Créteil et Villeneuve- Saint-Georges y réfléchissent sérieusement dans le Val-de-Marne. Sans compter : Bagnolet (Seine-Saint-Denis), Bordeaux (Gironde) ou Toulouse (Haute-Garonne).

 

Pour rappel, ce projet de téléphérique à Paris n'est pas nouveau. Il avait, en effet, déjà été évoqué en 2008 avec une opération ambitieuse développée par l'architecte Jean-Robert Mazaud au côté d'Antoine Grumbach. Mais celle-ci, jugée démesurée, à l'époque, avait été rapidement abandonnée.

 

actionclactionfp