ALERTE. La Fédération nationale des travaux publics a tiré la sonnette d'alarme suite aux problèmes d'approvisionnement des matières premières. Une année noire pour le secteur qui avait déjà subi de plein fouet la crise sanitaire et économique.

Le bois, l'acier, les solvants ou encore les métaux précieux, toutes ces matières premières manquent à l'appel. La pénurie de ces matériaux frappe durement la filière des travaux publics, déjà secouée par les conséquences de la crise du coronavirus. La Fédération nationale des travaux publics (FNTP) s'en est émue dans un communiqué, daté du 21 avril, et craint que ces tensions sur les matières premières perturbent la relance économique. Conséquence, depuis octobre 2020, le prix des matières premières industrielles a ainsi augmenté de près de 15% et le pétrole de plus de 50%, a indiqué la FNTP.

 

Des tensions partout dans le monde

 

Ces tensions s'expliquent par le fait que la demande est plus forte que l'offre à l'échelle mondiale. La relance économique rapide de la Chine et des États-Unis a entraîné une captation plus forte de la production de matériaux de leur part. De plus, toujours selon la FNTP, "l'offre de matières premières, fortement perturbée par la crise sanitaire, n'a repris que tardivement et est confrontée à une certaine latence pour la réouverture des sites d'exploitation et de production."

 

Et si cela n'était pas suffisant, les tensions se sont accrues avec le blocage du canal de Suez du 23 au 29 mars 2021 par le navire Ever-Given mais aussi par des incendies d'usines, notamment en Allemagne, et les intempéries, comme la vague de froid au Texas.

 

Un impact sur la rentabilité ?

 

La Fédération peine encore à définir si cette situation sera durable ou non pour le secteur mais elle table déjà sur un potentiel ralentissement de l'activité. Elle remarque également la hausse des coûts de production. "Étant donné le décalage dans la parution des index TP, les impacts ne sont pas encore visibles sur ceux-ci. Cependant, plusieurs indices entrant dans la composition de ces index entament déjà une forte hausse depuis le début de l'année : c'est le cas par exemple des barres crénelées ou nervurées pour le béton armé, le bitume et le gazole non routier (GNR)", a indiqué la Fédération. Aussi, de nombreux fournisseurs, touchés par ces hausses de prix et ces délais d'approvisionnement "préviennent déjà des hausses tarifaires à venir", a fait savoir la FNTP.

 

Aux entreprises, la FNTP veut rappeler l'importance des clauses de variation de prix dans les marchés. Une forte hausse des coûts de production pourrait déstabiliser l'équilibre et imputer la rentabilité de certaines opérations.

actionclactionfp