ÉNERGÉTICIENS. C'est une grosse acquisition que vient de signer Total en se portant acquéreur de presque 75 % du capital de Direct Energie. Le groupe pétrolier français explique poursuivre activement son développement dans le secteur du gaz et de l'électricité sur le marché national et en Belgique.

Total a signé un accord avec les principaux actionnaires de Direct Energie pour reprendre 74,33 % du capital, sur la base d'un prix de 42 euros par action, valorisant le distributeur à 1,4 Mrd € environ. Un tarif qui équivaut environ à 12,5 fois son bénéfice prévisionnel 2018, avant intérêts et impôts (Ebitda). Le conseil d'administration de Direct Energie, qui s'est réuni le 17 avril 2018, a approuvé à l'unanimité cette opération et a fait part de son intention de la recommander à ses actionnaires, pour apporter leurs titres à l'offre déposée. Xavier Caïtucoli, le p-dg de Direct Energie, déclare : "Nous accueillons cette opération avec fierté et enthousiasme et nous sommes convaincus que ce rapprochement avec le groupe Total se fera au bénéfice de nos clients". Le p-dg de Total, pour sa part, explique : "Par cette opération, Total poursuit activement son développement dans la génération et la distribution d'électricité et de gaz en France et en Belgique. Ce projet s'inscrit dans la stratégie du groupe d'intégration sur l'ensemble de la chaîne de valeur du gaz-électricité et de développement des énergies bas carbone, en ligne avec notre ambition de devenir la major de l'énergie responsable".

 

Total revendique la 3e place du marché français du gaz-électricité

 

L'an passé, c'est Direct Energie qui avait mis la main sur Quadran, un producteur d'énergies renouvelables indépendant, pour plus de 300 M€. Et c'est désormais Total qui s'établit comme un fournisseur alternatif d'énergie de premier plan dans l'Hexagone, après EDF et Engie, en additionnant son propre portefeuille de sites clients (1,5 million) à celui de Direct Energie (2,6 millions). Le nouveau mastodonte vise la barre des 6 millions de clients en France plus 1 million en Belgique à l'horizon de 2022. Concernant les capacités de production installées, celle de Direct Energie atteignent les 1,35 GW (dont 800 MW de centrales à gaz et 550 MW d'éolien et de photovoltaïque), et viennent doper celles du groupe pétrolier qui culminait jusque-là à 900 MW. Là encore, Total se fixe des objectifs ambitieux pour les prochaines années, puisqu'avec le soutien de ses filiales aux Etats-Unis (Sunpower) et Total Eren (pays émergents), il espère disposer d'une capacité globale d'au moins 10 GW dans les cinq ans (gaz plus renouvelables). Une centrale à gaz de 400 MW est d'ores et déjà en construction, tandis que 2 GW de projets sont prévus.

 

L'opération reste encore soumise à l'approbation de l'Autorité des marchés financiers et au processus légal d'information et de consultation des instances représentatives du personnel. L'approbation préalable de la commission européenne sera également nécessaire, au titre du contrôle des concentrations. Notons que l'opération sera intégralement financée par des fonds disponibles de la trésorerie de Total. Le groupe a généré, en 2017, un chiffre d'affaires de 143,2 Mrds € pour un résultat net de 6,9 Mrds €.

actionclactionfp