EPIDEMIE. Depuis quinze jours, la société du Tunnel euralpin du Lyon-Turin (Telt), à cheval entre la France et le nord de l'Italie, prend des mesures spécifiques pour lutter contre la propagation de l'épidémie au sein de son organisation. Ce 16 mars, une étape supplémentaire est franchie selon nos informations, avec l'annonce de l'arrêt du chantier par un groupement d'entreprises.

Entre la France et le nord de l'Italie, qui font partie des principaux foyers de l'épidémie de coronavirus, le chantier du tunnel du Lyon-Turin ferroviaire ne pouvait qu'être touché par la crise sanitaire actuelle. Mais jusqu'à présent, l'impact était surtout ressenti du côté de l'organisation du maître d'ouvrage, Telt, dont les effectifs sont entre Chambéry et Turin.

 

Ainsi, depuis deux semaines, les mêmes consignes étaient appliquées de chaque côté de la frontière par les effectifs du maître d'ouvrage : les réunions étaient évitées, le télétravail et les visioconférences encouragées, aucun déplacement entre les deux sièges n'était organisé, et si un collaborateur était obligé de se rendre sur l'un des sites, pour accéder à des documents ou des données sur le serveur, il devait le faire dans un laps de temps réduit.

 

Peu d'impacts jusque-là

 

Un porte-parole du Telt assure que ces mesures "ne changent rien à notre quotidien, nous avions anticipé. Par ailleurs, nos collaborateurs bougent beaucoup de manière générale et ont l'habitude de faire du télétravail".

 

 

Jusqu'à présent, le chantier en lui-même n'était pas concerné par les mesures de restriction. En effet, côté italien, les travaux n'ont pas encore repris, un marché, pour les niches, étant en cours. Et côté français, où le chantier de la galerie de reconnaissance se poursuit, ainsi que celui concernant l'entrée du tunnel et sa tranchée couverte, aucun malade n'était recensé et les choses suivaient leur cours.

 

Suspension des travaux sur au moins un chantier

 

Mais, ce 16 mars au matin, et compte tenu de l'évolution de la situation sanitaire en France et des mesures prises par le gouvernement, la donne commence à changer. En effet, selon nos informations, le maître d'ouvrage vient d'être informé par un des groupements d'entreprises de la suspension des travaux, dans le cadre de mesures de restriction de l'activité. Potentiellement, c'est tout le chantier qui pourrait s'arrêter d'ici peu.

 

Impossible de dire combien de temps la situation durera, "personne n'a de visibilité sur les prochaines mesures qui seront prises, sur l'ampleur des difficultés que connaîtront les entreprises, sur la capacité à savoir si le retard pris sera résorbable ou non".

 

Des marchés toujours en cours

 

Telt estime qu'un retard d'un mois et demi pourrait être rattrapé. Si ce n'est pas le cas et bien qu'aucune décision ne soit encore prise à ce sujet, il y a de fortes chances pour que le maître d'ouvrage applique la recommandation du gouvernement français concernant la non application des pénalités en cas de retard, et pour que le calendrier soit réétudié.

 

Malgré tout, une partie de l'activité du maître d'ouvrage continue. Les dossiers pour plusieurs marchés sont en cours. Celui concernant le puits d'Avrieux, côté français, devrait être attribué courant avril. Normalement.

actionclactionfp