FINANCES PUBLIQUES. L'Etat devra compenser plus de 10,5 milliards d'euros de charges pour les énergies renouvelables en 2021, d'après la dernière délibération de la Commission de régulation de l'énergie. Les charges de service public augmentent pour leur part de 12%, du fait de la croissance continue du parc de renouvelables et d'installations de biométhane, mais aussi de l'impact du confinement sanitaire.


En 2021, les politiques publiques de soutien aux énergies renouvelables vont coûter bien plus cher. C'est ce qu'affirme la Commission de régulation de l'énergie (CRE) dans sa dernière délibération relative à l'évaluation des charges de service public de l'énergie pour l'année prochaine : l'institution estime ainsi qu'environ 10,5 milliards d'euros de charges devront être compensées, cette somme englobant en fait les charges supportées par les opérateurs, la régularisation des charges dues pour les années 2019 et 2020, d'un montant de 1,4 milliard d'euros, ainsi que les frais financiers.

 

En 2021, les seules charges de service public de l'énergie devraient s'élever à environ 9,1 milliards d'euros, un chiffre qui bondit de 12% par rapport à son niveau de 2019. La CRE précise que 62% (environ 5,7 milliards) de ce montant correspondent au soutien aux énergies renouvelables électriques, dont 32% pour le photovoltaïque (environ 2,9 milliards) et 19% pour l'éolien (environ 1,78 milliard) en métropole ; 7% renvoient au soutien à la cogénération (678 millions) et 6% au soutien à l'injection de biométhane (544 millions).
Il vous reste 55% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles Batiactu+
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp