ÉNERGIE. Le territoire asiatique a dévoilé une centrale solaire flottante, dans le cadre de son plan de réduction de ses émissions de CO2. La cité-Etat devra cependant redoubler d'efforts pour atteindre son objectif de "zéro-émission" d'ici 2050.

45 terrains de football... C'est la taille que fait une nouvelle centrale solaire flottante, dévoilée le 14 juillet par Singapour. La centrale est l'une des plus grandes au monde. Derrière ce projet, la cité-Etat cherche à réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

 

122.000 panneaux solaires ont été installés sur la retenue d'eau de Tengeh, dans le but de produire l'électricité nécessaire aux cinq usines singapouriennes de traitement des eaux. Singapour est l'un des plus importants émetteurs de gaz à effet de serre, par habitant, de l'Asie. La taille de la ville ne lui permet pas d'avoir l'espace terrestre nécessaire pour implanter de nombreux projets d'énergies renouvelables. L'idée d'installer des centrales solaires flottantes sur ses retenues d'eau ou au large des côtes s'est alors imposée.

 

Une bonne réduction de son CO2

 

Avec une puissance pouvant aller jusqu'à 60 megawatts d'électricité, la centrale solaire flottante va contribuer à réduire l'équivalent d'émissions de dixyde de carbone de 7.000 voitures, ont indiqué Sembcorp Industries et l'agence singapourienne de gestion de l'eau PUB, les deux partenaires dans la création de cette centrale.

 

Singapour n'en est pas à son premier grand projet. La cité-Etat avait déjà créé des fermes solaires dans le Détroit de Johor qui sépare Singapour de la péninsule malaisienne, et d'autres à terre. La nation est aujourd'hui menacée par le changement climatique et les risques de montée des eaux. Consciente de cette catastrophe imminente, elle a décidé de travailler à diminuer ses émissions de CO2, même si les observateurs estiment que ses efforts sont timides.

 

Un plan d'action gouvernemental en cours

 

En outre, le gouvernement singapourien a déployé son "Plan vert" en début d'année, qui prévoit de planter des arbres, de réduire ses quantités de déchets envoyés vers les décharges ainsi que d'installer davantage de bornes de rechargement pour les véhicules électriques.

 

Il espère également accroître par quatre sa production d'énergie solaire, pour peser pour 2% de la consommation du pays d'ici 2025 et 3% d'ici 2030. Cela correspond aux besoins de 350.000 foyers par an. Mais le changement sera difficile pour la cité-Etat, qui dépend principalement du gaz naturel. Il fournit 95% de l'électricité du territoire. A termes, Singapour vise à diviser par deux son niveau d'émissions de 2030 en 2050.

actionclactionfp