ENTRETIEN. Les plus récents chiffres sur le marché de la maison individuelle inquiètent. Grégory Monod, président du Pôle habitat-FFB analyse la situation des professionnels, craignant qu'elle ne se tende dans les mois à venir.


Crise des matériaux, entrée en vigueur de la réglementation environnementale 2020, limitation de l'artificialisation, hausse des taux... Les embûches semblent nombreuses sur le marché de la maison individuelle. Au point de le faire caler ? Quoi qu'il en soit, en individuel pur, sur la période juin-août 2022, les autorisations ont chuté de -31,2%, indique l'administration. Grégory Monod, président du Pôle habitat-FFB, analyse la situation des professionnels pour Batiactu.

 

Batiactu : Comment interprétez-vous ce chiffre de -31,2% des autorisations de logements dans l'individuel pur, sur le trimestre juin-août 2022 ?

 

Grégory Monod : Il n'est pas surprenant. Nous constatons, depuis novembre-décembre 2021, une baisse assez significative des ventes, de l'ordre de -30%, dans la maison individuelle en diffus. Mécaniquement, elle se traduit par une chute équivalente au niveau des autorisations, 6 à 9 mois plus tard. Nous avions connu une accélération conjoncturelle au niveau des permis, fin 2021, du fait de l'entrée en vigueur de la réglementation environnementale au 1er janvier 2022. Mais les facteurs négatifs se cumulent à présent : hausse du coût des matériaux, des prix de vente, problématiques de financement avec l'augmentation des taux... Ainsi, ce que l'on annonce depuis de nombreux mois, sans avoir été entendus par les pouvoirs publics, se précise : nous nous dirigeons vers des mois, peut-être des années, sombres pour la construction neuve.

 

 

"Certains projets sont décalés, retravaillés, d'autres abandonnés ou mis en sommeil."

 

Batiactu : Certaines tendances ne peuvent-elles pas nous rassurer ? Par exemple, à août 2022, sur douze mois cumulés, le nombre de permis de construire s'élève à 523.100, nettement au-delà du seuil symbolique des 500.000...

 

G.M. : Ces chiffres sont apparemment positifs, mais ils sont en trompe-l'œil. Ce que nous constatons sur le terrain, c'est que le secteur de la maison individuelle se tend, et devrait continuer à se tendre dans les mois à venir. Vous avez par exemple une difficulté croissante à laquelle nous sommes confrontés, celle de pouvoir construire à prix convenu dans un contexte de hausse constante des coûts.
Il vous reste 68% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp