Un dossier pourrait être déposé cette année auprès de l'Unesco afin d'inscrire le savoir-faire du couvreur parisien sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel.

Le métier de couvreur est une profession ancestrale, dont les techniques et le savoir-faire se transmet de génération en génération. Parce que cette tradition ancestrale est même devenue un art, un dossier devrait être déposé pour faire figurer ce savoir-faire sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco. Une démarche qui serait soutenu par le ministère de la Culture et peut-être aussi par la ville de Paris, indique la Fédération des professionnels de l'ardoise naturelle (FPAN) dans un communiqué.

 

L'ardoise naturelle et le zinc font en effet la particularité des toits parisiens depuis des années. "Le projet initial d'inscrire les 'Toits de Paris' au Patrimoine Mondial de l'UNESCO a été réorienté en mettant davantage en valeur 'le savoir-faire", 'l'homme et le geste' plutôt que l'œuvre construite en tant que telle", souligne la FPAN.

actionclactionfp