POLITIQUE DE LA VILLE. L'Association des petites villes de France s'inquiète de ne pas être concernée par l'Action cœur de ville, lancée dernièrement par le gouvernement pour ramener de la vie dans les centres urbains délaissés. Elle appelle donc à plus d'attention de la part des pouvoirs publics.

Le plan de revitalisation des centres-villes nommé "Action cœur de ville" mobilisera 5 milliards d'euros jusqu'en 2022, pour faire revivre les centres de 222 collectivités sélectionnées par le gouvernement. Principalement des villes dont la population est comprise entre 30.000 et 70.000 habitants, qui concentrent environ le quart de toute l'activité française. Cependant, que se passera-t-il pour les agglomérations dont le nombre d'habitants est moins important, entre 2.500 et 25.000 âmes ?

 

Un soutien du Sénat

 

L'Association des petites villes de France (APVF), présidée par Christophe Bouillon (député de Seine-Maritime et maire honoraire de Canteleu), s'en inquiète et "souligne à nouveau l'impérieuse nécessité de ne pas oublier les petites villes qui sont très nombreuses à souffrir de la dévitalisation de leur centre et à connaître des taux de vacance commerciale et de logements très élevés". A la mi-juin 2018, l'association avait pourtant obtenu une petite victoire avec l'adoption par le Sénat du Pacte national des centres-villes et centres-bourgs, "à une très large majorité". Dans un communiqué, elle notait : "Il y a en effet urgence à agir sur les questions de la désertification des centres-villes". L'APVF estime que ce sont en réalité plus de 700 collectivités qui connaissent une situation critique et un ensemble de problèmes structurels graves, soit trois fois plus que prévu dans le plan d'action du gouvernement.

 

Les maires des petites villes estiment que le dispositif des Opérations de revitalisation du territoire contenu dans le projet de loi Elan pourra constituer un outil intéressant et ils proposent tout un panel de mesures : exonération de cotisation foncière pour les petites entreprises s'installant en centre-ville, moratoire local sur l'implantation de grandes surfaces commerciales, aide à la modernisation des commerces locaux… L'APVF appelle le gouvernement "à prendre conscience de la situation des petites villes et à leur porter une attention plus soutenue". Les maires ruraux s'affoleront-ils à leur tour de se voir négligés par ces opérations ?

actionclactionfp