Afin de gagner du temps, le SpaceTrain pourrait profiter de la ligne expérimentale de 18 km de son illustra aïeul, construite entre Saran et Ruan, dans le Loiret, et désaffectée depuis 40 ans. D'après l'entreprise Jacques Vaucanson, les essais sur voie pourraient débuter dès la fin de 2020. Rappelons que la voie de béton présente un profil en T inversé, large de 3,40 mètres et haute de 90 cm, qui guide les trains sur coussin d'air. Mais si l'infrastructure a (presque) été préservée - elle est à l'abandon et un tronçon a été démoli pour laisser passer l'autoroute A19 - d'importants aménagements seront cependant nécessaires. Puisque là où l'Aérotrain évoluait à l'air libre, générant d'ailleurs d'importantes nuisances sonores liées à ses gourmandes motorisations issues de l'aviation, le SpaceTrain évoluera dans du vide. Enfin, dans des tubes où la pression atmosphérique sera diminuée de 80 %, ceci afin de limiter les frottements d'air et d'annihiler les nuisances sonores.

 

Démolition de la voie d\'Aérotrain
Démolition de la voie d'Aérotrain © Pjskyman - Wikimedia CC

 

La startup dévoile : "La navette circulera dans un tunnel sécurisé qui pourrait être aménagé sur la ligne expérimentale de l'Aérotrain (…). La voie est composée de tronçons en béton de 120 mètres de longueur, eux-mêmes constitués de 6 poutres de 20 mètres". Elle envisage que 1.800 sections de matériaux composite et/ou d'acier de 10 mètres de longueur soient assemblées. Le phénomène de sustentation y sera facilité "en raison de la différence de pression atmosphérique existant sous la navette et le tunnel". A la façon du train atmosphérique Vectorr (lien), des pompes à vides devront être installées sur chaque section du tunnel. Mais comme les navettes seront enchâssées dans des tubes, leur évacuation d'urgence imposera la présence de sas pressurisés aménagés sur la voie à distance régulière. La société explique aussi que "de multiples capteurs et caméras seront installés pour la gestion des essais". Ouf, on respire.

actioncl