Mais à part entre Paris et Orléans, où le tronçon d'essai de 18 km a été bâti, où pourrait être déployé ce SpaceTrain ? La firme française a déjà identifié des centaines de trajets où sa solution serait compétitive, sur des distances assez courtes. Par exemple entre la capitale et Rouen, puis Le Havre. La distance, de 178 km serait couverte en moins de 20 minutes ! De quoi oublier les sempiternels embouteillages de retour de week-end en Normandie ou les interminables trajets de TER. La jeune pousse aux dents longues propose également ce système pour relier les deux aéroports parisiens ou Lyon à Grenoble et Perpignan à Montpellier. Il n'est pas certain que la SNCF appréciera. Elle imagine également faciliter la vie des fonctionnaires européens en mettant Strasbourg à quelques minutes de Bruxelles. Toujours plus ambitieuse, elle anticipe en Allemagne une immense boucle allant de Francfort jusqu'à Stuttgart et passant par Cologne, Hambourg, Berlin, Leipzig, Nuremberg et Munich. Et les autres continents ne sont pas oubliés, puisque marchant sur les plates-bandes du TGV, le SpaceTrain propose une liaison express entre Rabat et Casablanca au Maroc en moins de 10 minutes !

 

Reste toutefois à développer toutes les technologies de pointe nécessaires à ces navettes du futur, à les tester en conditions réelles puis à construire toute l'infrastructure nécessaire. Les premiers exemplaires pourraient peut-être circuler en 2025. Si tout se passe bien et que les financements suivent.

 

Fiche technique du SpaceTrain ST01 :
Longueur : 25 mètres
Largeur : 3,40 mètres
Hauteur : 3,08 mètres
Masse : 7.800 kg
Vitesse moyenne/maxi : 150 m/s à 200 m/s
Puissance d'entraînement : 35 kN
Accélération : 20 secondes de 0 à 540 km/h ; 26 secondes de 0 à 720 km/h
Distance d'accélération : 1.500 et 2.660 mètres pour atteindre ces deux vitesses
Distance de freinage : 800-1.500 mètres
Niveau de bruit : 40 dB

actioncl