CONJONCTURE. Le phénomène des délais de paiements aurait tendance à se calmer en cette période de déconfinement, si l'on en croit le comité de crise spécialement créé à ce sujet. Bercy reste toutefois vigilant et anticipe de nouvelles difficultés qui pourraient se faire jour avec la reprise de l'activité.

Les retards de paiements seraient en train de ralentir en cette période post-Covid, selon le comité de crise dédié à cette problématique qui a été mis en place par Bercy. Pilotée conjointement par le Médiateur des entreprises, Pierre Pelouzet, et le Médiateur national du crédit, Frédéric Visnovsky (rattaché à la Banque de France), l'instance s'est réunie une douzaine de fois depuis le 23 mars dernier en compagnie, entre autres, de l'Union des entreprises de proximité, de la Confédération des PME, des Chambres de métiers de l'artisanat, des Chambres de commerce et d'industrie et de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes). Autant d'acteurs qui observent donc depuis l'amorce du déconfinement "une diminution des comportements anormaux signalés en matière de retards de paiements", d'après un communiqué du ministère de l'Economie. Un constat partagé par les organisations professionnelles, notamment dans le secteur de la construction, et qui serait due pour partie à la mobilisation de Bercy sur ce dossier mais également à la baisse d'activité économique engendrée par le confinement sanitaire de la population.

 

Le comité de crise précise que les règlements qui sont effectués en ce moment concernent majoritairement les achats réalisés durant le confinement, et explique que l'activité ayant été largement réduite pendant cette période, cela a logiquement fait baisser par extension les paiements et les incidents qui y sont liés. Une situation inédite en comparaison aux semaines précédant le confinement mais aussi par rapport à ces dernières années.

 

L'état de la trésorerie des entreprises pourrait créer de nouveaux incidents dans les prochains mois

 

Pour autant, le comité de crise ne compte pas relâcher sa garde et anticipe "au cours des mois qui viennent" de nouvelles difficultés qui pourraient se faire jour avec la reprise de l'activité et des échanges entre entreprises, "tant que leur situation financière ne se sera pas stabilisée". Pour l'heure, une quarantaine de cas ont été signalés à l'instance depuis sa mise en place, qui se penche sur les cas impliquant des entreprises ayant "un impact structurel dans leur secteur d'activité et dont les achats cumulés représentent plusieurs centaines de millions d'euros". En l'occurrence, les trois quarts des 40 cas signalés ont donné lieu à "des engagements" des entreprises épinglées. Mais "de nouveaux comportements anormaux" sont apparus, comme des pressions à la baisse sur les tarifs fournisseurs, des retards dans les validations de bons de commandes, des livraisons forcées ou encore l'absence de concertation avec les fournisseurs sur les pratiques commerciales, obligeant ainsi le comité à avertir les entreprises et à mettre en place des actions adaptées. Bercy indique par ailleurs que le nombre de sollicitations adressées au Médiateur des entreprises "reste à un niveau très élevé" - dans les colonnes de Batiactu, Pierre Pelouzet avait affirmé que le BTP représentait "10 à 15% des saisines" vers la mi-mai.

 

A l'inverse, des attitudes plus vertueuses existent également et l'instance a décidé de communiquer les noms de ces entreprises "solidaires". A l'heure actuelle, 16 sociétés ont ainsi reçu les félicitations du comité de crise pour avoir instauré "un paiement accéléré de leurs fournisseurs", ce dernier encourageant d'ailleurs "la diffusion la plus large possible de ces bonnes pratiques" commerciales. Parmi ces bons élèves, on retrouve plusieurs sociétés du BTP, du logement et de l'énergie.

 


Qui sont les 16 entreprises solidaires respectant les délais de paiements de leurs fournisseurs ?

 

- Action Logement
- Bouygues Télécom
- Danone
- EDF
- Enedis
- Engie
- GRDF
- GRT Gaz
- Iliad Free
- Jouve
- L'Oréal
- Michelin
- Orange
- RTE
- Sodexo
- Système U

actionclactionfp